La licence Assassin’s Creed revient sous de nouveaux épisodes complémentaires en attendant la sortie du prochain sous le nom de Victory. Assassin’s Creed Chronicles China est le premier opus d’une saga de 3 épisodes (India et Russia). Nous pouvons espérer de la part d’Ubisoft de pouvoir jouer à chaque fois un assassin dans un pays différent.


A voir aussi: Assassin’s Creed Rogue Test


 Une nouvelle Histoire, mais pas indispensable !

 

Depuis le premier opus d’Assassin’s Creed, nous suivons les aventures des assassins contre les templiers qui veulent contrôler le monde. Un fil conducteur qui nous amène d’opus en opus à faire des rencontres dans le monde entier, et en ce qui nous concerne, c’est dans le film Assassin’s Creed: Embers que nous entendrons parler pour la première fois de notre Assassin: Shao Jun.

Mais entre nous, quel est le lien entre le film et cet opus plateforme ? Malheureusement, rien qui pourrait nous apprendre quelque chose d’utile sur notre héroïne, mis à part qu’elle est la dernière assassine de son continent et qu’elle veuille rétablir l’ordre.

Voilà le contexte, passons à présent au vif du sujet. Shao Jun est de retour sur ces terres au  16e siècle, avec pour seul objectif détruire les templiers. Ceci n’est pas seulement la seule quête, car elle sera a la recherche de l’artefact des Précurseurs donné par Ezio Auditiore lui-même !

Un  » Assassin’s Creed «  reste un jeu d’aventure, mais surtout un jeu au scénario captivant; Cependant, nous vous laisserons découvrir ces intrigues par vous-même. Je ne pourrais vous dire que celui-ci traîne beaucoup trop en longueur et n’a pas vraiment d’actes majeurs permettant de garder un attrait au plus au niveau tout au long du jeu. Dommage…

Shao Jun devient la deuxième Héroïne de la Saga Assassin's Creed

Shao Jun devient la deuxième Héroïne de la Saga Assassin’s Creed

Vous avez pu découvrir Shao Jun pour la première fois dans Assassin’s Creed: Embers, film d’animation de 2011.

 

Comme le Tigre, ton Gameplay devra s’habituer à toutes les situations

 

Dès les premières minutes du jeu, on est immédiatement séduit par Assassin’s Creed Chronicles China qui nous rappelle beaucoup un certain Mark Of The ninja.

Pour une fois, Ubisoft nous offre la possibilité de commencer par souligner le point qui fâche: les combats. Bien que ce dernier opus nous offre un jeu 2D avec une profondeur à la 3D, il est impossible de contourner nos ennemis. Ce sera face ou derrière eux que vous vous retrouverez, et donc, peu de possibilités de fuites, d’esquives, ou de parades rocambolesques ! Certains coups portés peuvent se montrer trop faibles, ou alors c’est la difficulté du jeu qui voudrait cela. Mystère…. Pourtant, nous avions le professeur de combat rêvé avec des flashbacks sur les cours qu’Ezio Auditore nous a enseigné.

Les déplacements sont basiques, mais efficaces. Nous devrons dès lors sauter, grimper, courir, glisser, ou encore nous baisser tout au long du jeu, ce qui rajoute une bonne dose de dynamisme sur ce genre de jeu de plateforme, et encore plus sur PC ! Nous alternerons scènes de combats, scènes de course-poursuite, ou encore des scènes d’explorations. En résumé, pas d’arguments négatifs en ce qui concerne cette partie du gameplay. On reste sur une valeur sûre, et on aime ça !

Encore une fois, pour ce qui est de l’équipement de notre assassine, pas de grands changements. Shao Jun restera avec sa dague à corde, des pétards, une épée, et tout autre arsenal commun de l’assassin pour les nuls.

Votre assassin pourra augmentera ses compétences selon vos missions menées, vos quêtes annexes accomplies, ou encore vos objets trouvés durant votre périple. Malheureusement, vous n’aurez pas droit à un arbre des compétences, puisque celle-ci est attribuée automatiquement. On aurait plutôt aimé ce côté RPG que Child Of Light pouvait nous offrir, par exemple.

Deviens aussi discret que la feuille de Lotus !

Deviens aussi discret que la feuille de Lotus !

 Ezio Auditore, c’est un peu le Maitre Yoda de Star Wars, mais sans la force.

De la 2D en graphisme, mais de l’aquarelle en couleur

 

Les graphismes de Assassin’s Creed Chronicles China sont de bonne facture, et il est inutile de vous rappeler que ces couleurs aquarelles nous font penser au style graphique de l’opus « Child Of Light », comme évoqué plus haut. Les décors sont relativement travaillés, mais sans plus pour autant. Vous ne trouverez pas de fioriture ou même de décoration qui vous rendra contemplatif, ce qui change par rapport au petit chef-d’oeuvre de 2014. Nous avons jugé utile de souligner les effets du mouvement avec un coup de pinceau d’aquarelle qui s’avère de très bon goût ! En résumé, un goût de trop peu, où une direction artistique aurait pu faire la différence sur ce point bien précis.

Le Level design du jeu est classique, mais il a surtout l’avantage d’être en accord avec le gameplay. Pour explication, vous trouverez beaucoup de cachettes lors des phases d’infiltration et à l’inverse aucune lors des phases de combat. Les éléments comme les buissons, les corniches, les renfoncements, ou les poteaux permettront de vous faciliter la tâche en mode « Ninja « .

Ayant eu la chance de l’essayer sur pc (PC de test  en I7 3770k avec une SLI de 680), et avec plusieurs collègues, vous vous doutez bien que Assassin’s Creed Chronicles ne nous a pas mis de bâtons dans les roues pour le faire tourner à fond les manettes ! On notera une présence d’aliasing, et notamment sur les contours des personnages qui ne sont pas nets, et nous retrouverons ceci accentué pendant les scènes d’enseignement avec Ezio auditore ! Du point de vue technique on s’attendait à mieux, surtout pour une grosse licence comme Assassin’s Creed.

On retrouve toute la culture chinoise, et notamment en ce qui concerne l'architecture rurale

On retrouve toute la culture chinoise, et notamment en ce qui concerne l’architecture rurale

 L’unreal engine 3 un moteur qui est largement capable de nous offrir mieux.

 

Notre conclusion sur Assassin’s Creed Chronicles China

 

Assassin’s Creed Chronicles China vous permettra d’explorer une nouvelle histoire, avec un assassin féminin (pour la deuxième fois), et avec une durée de vie d’à peu près 4 heures, vous aurez de quoi passer un bon petit moment autour de ce petit jeu. Évidemment, si vous cherchez à faire toutes les zones cachées ou les quêtes secondaires vous pouvez doubler ce temps de jeu. Encore une fois, laissez l’âme du gamer qui est en vous se libérer.

Pour conclure ce test, Assassin’s Creed Chronicles China est un opus qui ne décevra pas les fans, car ils auront leurs quotas de templiers, d’assassins, de sang, mais ne seront pas enthousiasmés par cet opus, et notamment pour son scénario. J’attendais beaucoup de Assassin’s Creed Chronicle China, notamment avec une meilleure finition, une meilleure direction artistique, et surtout une histoire plus palpitante. Cependant, je garde espoir pour les que les deux prochains seront de meilleure facture.

Assassin’s Creed Chronicles China ne décevra pas les fans, mais ne vous attendez pas à un univers vaste ou à un scénario bien travaillé.

On vous offre un peu de Gameplay avec votre potage au poulet !

 

Good

  • On voyage en Chine
  • Enfin une '' autre '' dame !
  • Son gameplay léger et efficace

Bad

  • Manque cruel de direction artistique
  • Un goût de trop peu
  • Le scénario
6.1

Sympa Sans Plus

Graphismes - 6.8
Gameplay - 6.3
Bande son - 5.2
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
6.5
2 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up