Il arrive que parfois, on soit surpris dans le monde du jeu vidéo, notamment avec Child Of Light. Que ce soit un écœurement total ou encore un sourire resplendissant rempli d’espoir et de joie, Ubisoft arrive toujours à ses fins. Alors que le J-RPG connaît un déclin notable, un petit jeu sorti tout droit des studios Ubisoft Montréal fait son apparition. Child Of Light, ce petit jeu sans prétention parviendra-t-il à charmer toutes ces âmes en peine ? Aura-t-il réussi son pari fou ? De nous offrir autant de magie et plaisir ? La réponse est dans ce test !


A voir aussi: South Park Stick Of Truth


 

Bienvenue dans ce conte poétique

Child Of Light - Courage Aurora, lumière tu  trouveras !

Courage Aurora, lumière tu trouveras !

Nous commençons notre aventure dans le royaume de Lémuria, où un duc d’Autriche y règne en maitre avec sa femme et leur fille Aurora. Malheureusement, la duchesse perdit la vie en l’an de grâce 1893, et dans d’étranges circonstances, ce qui laissa le duc et sa fille, seuls. La solitude du duc était une terrible souffrance, et finit, avec le temps, par se trouver une nouvelle compagne. En l’an 1895, le jour du Vendredi saint, le duc assista à une pièce de théâtre avec sa fille auprès de lui, et sa femme assise non loin. Ensuite, Aurora alla se coucher, mais le froid et l’obscurité vinrent lui porter un coup fatal en pleine nuitée. Le lendemain matin, Aurora s’était éteinte, avec un père empli de chagrin et haine… Cependant, elle se réveilla en un lieu étrange. Aurora n’avait pas succombé, mais avait bel et bien été transporté et protégé. Elle fera la rencontre d’Igniculus, petit luciole prête à l’aider dans sa quête. Tout d’abord afin rentrer chez elle, puis de sauver Lémuria des ténèbres menaçant !

 

Une perle comme on en fait plus !

Child Of Light - Des cochons volants ! Si c'est pas mignon ça...

Des cochons volants ! Si c’est pas mignon ça…

Venons-en directement à l’un des points les plus importants de la conception de ce jeu ; sa qualité visuelle. Il serait injuste de ne pas admettre qu’un si petit titre aux allures de jeu indépendant ne mérite pas de tels éloges. J’ai été littéralement bouleversé par la qualité et la minutie apportées sur ce conte vidéoludique, jusqu’à en perdre mes propres mots ! La direction artistique de Child Of Light peut être fière de nous avoir offert ce J-RPG/Plateforme. Le moteur du très célèbre « Rayman » (UbiFrameWork) a été utilisé de manières subtiles et ingénieuses. En effet, vous constaterez que l’intégralité du jeu sont des réalisations et des animations faites à la main. Les dessins sont fabuleux et ne font qu’appuyer la magie apportée lors de cette magnifique épopée (Bravely Default donnait ce même effet). C’est coloré, joyeux, et avec une petite touche de pastels qui vous fera retomber en enfance, ou au contraire ravir vos petits bambins devant ce titre. L’équipe n’a pas hésité à rajouter un peu de vie dans tout cela, en réalisant de nombreuses expressions faciales sur tous les personnages présents dans le jeu (joie, colère, anxiété, tristesse, mélancolie, amour, etc.). Les effets de lumière apportés avec les décors ou Igniculus (votre fidèle luciole et compagnon) sont la preuve d’un travail acharné pour nous offrir ce qu’il y a de mieux. Lors de vos passages dans des lieux sombres, Igniculus pourra vous aider à trouver la voie, et les effets sont tout bonnement d’excellentes qualités. Le level-design est très riche (Montagnes, grottes, petits villages, forêts, les cieux, la mer, etc.) Vous pourriez penser : oui, mais dans de nombreux jeux, nous avons déjà vu cela. En quoi celui-ci serait-il meilleur ? Je vous répondrai : prenez juste le temps de déplacer igniculus sur Aurora, et vous découvrirez que l’équipe artistique a pensé à TOUT. Les effets de vent offrent un réalisme sur la physique de notre personnage, les sauts d’Aurora en sont également. Fini les sauts de 2 mètres au-dessus du sol, Aurora n’est qu’une petite fille, et les distances devront être bien calculées au début de votre partie. Pour terminer, pour que l’équipe artistique donne un cachet supplémentaire sur son bébé, ceux-ci ont décidé de proposer le scénario avec uniquement des phrases faites de rimes (croisées, alexandrins, etc.), ce qui donne une impression de conte narré. On pourrait croire que les joueurs font partie d’une élite de surhommes et très intelligents. Espoir…

 

Un J-RPG à la sauce française ?

Child Of Light - Un arbre de compétences aussi pratique qu’efficace !

Un arbre de compétences aussi pratique qu’efficace !

J’ai été surpris de découvrir un gameplay qui reprenait de nombreux points d’un J-RPG (jeu de rôle japonais). Vous retrouverez un système de jeu, non pas au tour par tour, mais avec une sorte de système ATB (Active Time Battle) où, comme un Final Fantasy, vous devrez attendre que la jauge arrive à « Exécution », pour pouvoir utiliser vos différents sorts, actions, et objets divers. Sans comptez qu’il est possible d’empêcher l’adversaire et inversement d’agir si vous êtes plus rapides. Igniculus sera utilisable pour éblouir et ralentir vos ennemis, mais attention ! Votre petite luciole ne tiendra pas éternellement, bien que vous ayez à disposition des souhaits (vœux lumineux) qui pourront faire à nouveau grimper sa jauge de ténacité, ou encore de vous redonner un peu de PV et de PM (Points de vie et de magie). On retrouve également, des fonctionnements qui rappelleront les bons vieux Final Fantasy Tactics, même si ici il ne sera pas question de changer de classes ou de métiers. Chaque personnage rencontré dans le jeu aura un rôle précis à jouer (Finn est un mage noir, Tristis dans le rôle de cabotin, Rubella un mage blanc, Robert est un archer, etc.). Ce sera à vous de faire le bon choix en « switchant » lors de votre tour, car le nombre limite de personnages dans un combat est de l’ordre de deux. Un arbre de compétence fait également office d’hommage au RPG dans sa globalité. En effet, il vous sera possible d’améliorer certaines caractéristiques de vos héros à chaque niveau gagné, mais aussi de choisir la voie à parcourir. Vous pourrez dès lors, privilégier les sorts de foudre avec Finn pour commencer, par exemple. Enfin, l’apparition des Occulis pourra être perçue comme une facilité aux joueurs d’équiper leurs aventuriers puisqu’il n’y aura pas d’armes à fabriquer ou acheter auprès des commerçants, ou, au contraire, décevoir les puristes de ne pouvoir profiter totalement de ce type de jeu. Par contre, on regrettera justement le manque de présence de PNJ qui pourraient nous vendre des potions ou encore des Occulus puissants. Qu’est-ce donc que ces Occulis ? Ce sont des cristaux qui pourront être attachés sur votre arme, armure ou votre bague, et où différents effets se produise, suivant celui que vous aurez décidé de placer. Nous avons quand même la possibilité d’en assembler plusieurs afin de les fusionner et de les rendre plus puissant (3 saphir brute donnent un saphir polie, par exemple). Cependant, il vous faudra montrer preuve de patience pour connaître toutes les combinaisons possible lors de votre partie. Cette partie du gameplay n’est malheureusement pas des plus évidentes…

 

Child Of Light, c’est aussi un jeu de plateforme

Child Of Light - Une séquence de combat

Une séquence de combat

Même s’il s’agit d’un jeu de rôle en son système de combat, Child Of Light n’en reste pas moins de types plateforme. Regroupant de nombreux pièges qui pourraient vous faire perdre un peu de vie, les coffres que vous pouvez ouvrir grâce à Igniculus ou vos petits doigts, ou encore les éléments de la nature qui bloqueraient votre progression (le vent vous souffle au loin, et c’est à vous de donner un coup de boost avec vos petites ailes, et les cours d’eau peuvent vous faire tomber de très haut si vous ne faites pas attention de vous en sortir très rapidement), il faudra faire preuve d’un peu de sens de discernement pour ouvrir des portes bloquées par des engrenages, faire briller Igniculus pour refléter des symboles sur des murs, des vitraux, ou encore de trouver les bons symboles pour ne pas vous perdre dans un labyrinthe qui n’en finit pas ! Les combats ne seront lancés que si vous vous approchez trop près des monstres présents sur votre chemin, et Igniculus peut vous permettre de les prendre à revers, si vous les éblouissez un cours instant et les attaquez par derrière. Soyez avenant sur child of light !

 

Cœur de Pirate à la narration et à la composition musicale

Child Of Light - L'album OST de Coeur de Pirate est en vente !

L’album OST de Coeur de Pirate est en vente !

Si vous aviez lu notre dernier article sur child of light, la chanteuse (Coeur de Pirate) a composé intégralement une bande originale intimiste et nostalgique, accompagnant le joueur tout au long de son aventure dans une ambiance aussi joyeuse que mélancolique. On ne pouvait pas choisir mieux pour le thème du jeu ! Avec l’aide de l’Orchestre Symphonique de Bratislava, l’artiste montréalaise a également pu recréer l’ambiance épique des séquences de combats du jeu. Les émotions lors des combats, moments tristes, passages dans les lieux les plus sombres, etc. apportent cette ambiance unique que peu de jeux savent encore nous proposer à l’heure actuelle. Encore une fois, nous avons ici l’hommage des J-RPG qui nous rappellent les musiques de Level Up ou de Boss. Que demande le peuple quand de telles prouesses sont réalisées pour un si petit prix de vente !?

 

Une belle surprise

Child of light aura su prouver qu’en 2014, il n’y a pas que les prouesses techniques et graphiques qui peuvent montrer qu’un jeu est bon ou non. Dans cet univers féerique, ce jeu m’a réconcilié avec la firme d’Ubisoft, en qui j’avais encore peu d’espoir qu’il nous offre des jeux d’une telle qualité. Parfois, il se peut qu’on ait tort… Je vous invite vivement à courir l’acheter (prix de 15 € en ligne ou 20 € en édition collector !) et de vous plonger dans le monde de Lémuria ! Child of light a profité du calme avant la tempête de se dévoiler, et ne pas permettre à la concurrence ou, les triple A de le devancer, et le faire tomber dans les méandres du business vidéoludique. Toute la rédaction en est tombée amoureuse, alors pourquoi pas vous ?

Si certains d’entre vous voulaient découvrir quelques séances de gameplay, notre partenaire « Cn Play » vous en offre la possibilité.

Good

  • Une direction artistique EXEMPLAIRE
  • Un chef-d’œuvre visuel
  • Un level design très riche
  • Un véritable hommage aux gameplay du J-RPG
  • Une histoire qui plaira aux petits et grands
  • Son prix nettement inférieur à des triples A décevants
  • Un respect des joueurs

Bad

  • Pas assez de PNJ « utiles »
  • Pas de possibilité de changer d’arme
  • Des coups spéciaux aurait été les bienvenus
9.1

Chef d'oeuvre

Graphismes - 9.2
Gameplay - 8.6
Bande son - 9.5
Scénario - 9
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7.2
7 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up