« Visual Novel » assez palpitant, mettant en scène des adolescents coincés sur une île, et obligés de s’entre-tuer pour en sortir. Ce plan machiavélique est mis en œuvre par un personnage plus que spécial: Monokuma ! Un ours au design complètement déjanté, dont on ne niera jamais le côté maléfique !

Danganronpa 2: Goodbye despair, un goût d’Alice aux pays des horreurs !

Innocente ou psychopathe ?

Innocente ou psychopathe ?

S’inspirant clairement de Battle Royale, Phoenix Wright, ou encore Virtue’s Last Reward, Danganronpa 2 : Goodbye Dispear arrive à point nommé; petits meurtres entre amis au menu ! Le but du jeu sera très simple, démasquer le meurtrier avant que celui-ci ne passe entre l’émail du filet, et ainsi prendre la poudre d’escampette, laissant ses compagnons entre les mains de Monokuma, le vilain ours qui se donnera le plaisir de donner la peine de mort. Doublé par la voix de Dorémon, celui-ci n’hésitera pas de jouer de son sadisme cruel ! En effet, cette vilaine bête poilue voudra éliminer toutes les personnes sur l’ile, mais pas des plus simplement du monde, il cherchera toujours le meilleur moyen pour arriver à ses fins (qui sont d’ailleurs assez floues dès le départ). En résumé on se retrouve avec une histoire très sombre dans un univers très coloré et totalement déjanté !

On ne change pas une équipe qui gagne

Après un premier épisode plutôt réussi, Danganronpa 2 : Goodbye Despair reprend parfaitement ce que son vieux frère apportait auparavant. Quelques nouveautés sont à souligner comme, la barre à gauche de l’interface, un portrait en médaillon, ou encore des phases d’exploration qui ne se proposent pas exclusivement en vue subjective. L’on voit clairement que la dimension de l’île est assez vaste à parcourir, et en vue de profil. À chaque indice trouvé, l’on verra bien souvent sa jauge de niveau s’accroître, à mesure où l’enquête suit son cours. Pendant vos quelques moments de relâche à la chasse à l’homme, vous pourrez obtenir des « ‘skills « vous permettant ainsi de pouvoir également cerner vos compagnons, et découvrir qui est le coupable. Comme son grand frère,

C'est l'heure du du du du duel !

C’est l’heure du du du du duel !

Danganronpa 2 : Goodbye Dispear vous rendra la tâche de plus en plus difficile après avoir passé chaque chapitre du jeu. Entre les attitudes style » manga « des personnages, les flashs qui crépitent à la moindre contradiction, et toutes les vignettes stylisées qui ponctuent les révélations ou les meurtres les plus tordus, cette suite s’inspire du grand art du premier du nom pour nous apporter encore un peu plus de fraicheur. Le concept même du gameplay consiste pourtant à faire défiler une gigantesque quantité de texte entre deux séquences de point’n click, mais Danganronpa 2 : Goodbye Despair parvient à tirer son épingle du jeu pour ne jamais nous lasser. En apportant cette fraicheur des îles, ce nouveau Danganronpa joue certainement la carte de l’originalité, laissant ainsi le cadre scolaire derrière lui. Avec pour seul monstre un ours mécanique, Danganronpa 2 : Goodbye Despaire arriverait presque à nous faire peur ! Alors que la plupart des jeux du soleil levant ne sont doublés principalement qu’en Anglais, Danganronpa 2 : Goodbye Despair nous offre cette opportunité d’écouter les voix en version originale, rendant les phases de procès  plus captivants et frissonnants, et avec le doubleur de Dorémon pour notre ours si mignon…  Plongé au cœur de l’action, on notera toutefois ce passage long et obligatoire des phases d’exposition des faits. Tout comme Danganronpa premier du nom, il faudra identifier les comportements trompeurs des personnages pour y faire sa propre opinion, et avec comme argument de poids les preuves que l’on aura trouvées. Comme dit précédemment, Danganronpa 2 : Goodbye Despair tente de nous éviter cette lassitude que l’on pourrait avoir avec ce style de jeu. L’utilisation de mini-jeux nous permet de pouvoir se relaxer l’esprit, et la plupart d’entre eux sont plutôt de bonne facture ! Malheureusement, il faudra mordre la poussière quelques fois pour en comprendre le sens, ou les mécaniques de jeu pas toujours très très explicatives ! En ce qui concerne les dialogues entre les personnages, ceux-ci sont nettement plus intéressants et enrichissants que le premier opus, et il est enfin possible de soutenir tel ou tel personnage dans son argumentation. Il faudra faire preuve de beaucoup plus de déduction et de discernement pour ne pas se voir obtenir un Retry ou Game Over, car autant vous avertir que le jeu n’est pas traduit en français… Les anglophobes n’auront qu’à bien se tenir pour pouvoir venir à bout des enquêtes qui jouent essentiellement sur les mots utilisés par les protagonistes.

Goodbye Marie Lou

Bien que Danganronpa 2 : Goodbye Despair soit un excellent jeu, il en sera difficile de ne pas sentir un peu…. à l’ouest, si nous n’avons pas terminé le premier opus. Le scénario est assez gore et dynamique pour permettre de tenir le joueur en haleine sans devoir jeter sa PS Vita au feu ou dans une poubelle. Il faudra compter près de 30 heures de jeu pour pouvoir se frotter à Monokuma, et terminer les bonus du jeu (Danganronpa IF), ce qui est plutôt pas mal, sauf si vous aviez trop séché vos cours d’anglais !

Good

  • Histoire avec de nombreux rebondissements
  • Gameplay frissonant
  • Très riche en contenu
  • Doublage Japonais

Bad

  • Textes non-traduit en français
  • Seulement sur PS VITA...
7.7

Très sympa

Graphismes - 8.6
Gameplay - 7.5
Bande son - 6.9
Scénario - 7.7
Jason, aka TNK, est un gamer depuis sa plus tendre enfance. Fan inconditionnel de Final Fantasy, Kingdom Hearts et Metal Gear.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up