DoomAvis et Test


Doom, Le saint papa des FPS est de retour aux origines de la série. La licence culte d’Id Software revient aux bases mêmes qui ont fait le succès de la série tout comme du genre de jeu. Alors ce Doom, la recette se fait trop vieille pour l’époque ou bien a-t-elle été assez bien remaniée pour séduire les anciens comme les nouveaux joueurs ? Eh bien, lis cet avis sous le signe de Satan !

Bienvenue sur Mars, ou en Enfer aussi…

Le mode solo ne perd pas de temps, l’intro de Doom commence directement dans la peau du Doomguy, impatient de se lever de son sarcophage pour en découdre avec tous les monstres suppôts de Satan qui lui barreront la route. Le scénario un peu pauvre nous raconte qu’une humaine, sur mars, tente d’ouvrir les portes des enfers et est apparemment sur le point de réussir vu ce qui tente de nous tuer. Voilà pour le scénario, ça ne creuse pas très loin, d’autant plus que le doomguy et son antagoniste sont tout aussi creux que le scénario, ne nous attardons pas plus là dessus, donc.

Doom-Introduction

Ça c’est Gice quand il est pas content lorsque je remets mes articles en retard. Avouez qu’il fait peur !

DOOM, ce sentiment de puissance

Comme le mentionne ce très joli sous-titre, s’il y a bien quelque chose que l’on ressent dans Doom, c’est sa toute-puissance. Les raisons sont très simples ;des graphismes extraordinaires (le jeu tournant sur le moteur graphique Id Tech, en développement constant depuis vingt ans et étant sous sa sixième version), la fluidité est incroyable, les ennemis ultras mobiles nous forçant à constamment nous déplacer pour atteindre sa cible, on sent vraiment une pression infernale et les faire exploser un par un avec nos armes musclées ou nos glory kills, qui consiste à appuyer sur le joystick droit dés que l’ennemi affaibli est en subrillance pour l’achever d’une fatality digne d’un Mortal Kombat.

Cette prouesse graphique a malheureusement un défaut, les temps de chargements sont BEAUCOUP trop longs, ce qui est pénible pour un jeu dans lequel nous mourrons constamment.

Doom-Loading

Aussi rapide que mon Windows 3.1 !

Le gameplay de doom est nerveux et revient aux sources de ce qu’on appelle le Fast-FPS, bien qu’un tout petit peu plus lent que ce qu’on espérait car certes, c’est rapide, mais juste un peu plus que la moyenne. Retour aux sources aussi niveau santé, les nouvelles générations ont pris l’habitude de guérir par miracle en se cachant dans un coin, ici c’est à l’ancienne et à la dure, trouvez de la santé et des boucliers comme un grand.

Les armes se trouvent aussi un peu partout sur les maps, armes que nous pouvons améliorer toute comme notre armure, ce qui donne une petite dimension supplémentaire bien sympa, car certes le jeu joue ici la carte de la nostalgie et y arrive parfaitement, mais les choses ont évolué et les joueurs sont désormais plus exigeants. Le jeu se retrouve donc un peu trop classique, on aime ou l’on aime pas en somme, sauf quand il s’agit du cultissime BFG 9000.

Les maps sont très jolies, très fournies, bien que quelques textures soient un peu gâchées, mais l’ambiance générale est bien retranscrite et nous peinons des fois à viser nos ennemis cachés dans la fumée ou la pénombre. Seul bémol, le level design un peu trop labyrinthique et la structure globale du jeu qui peut se résumer en : un endroit exploration avec quelques démons, suivi d’un endroit ou c’est juste du massacre à effectuer, ou de la survie, ça dépend si vous êtes doués ou pas.

Doom-Gameplay-PS4

Pas de BFG 9000 ? Pas grave !

Le mode Online, Doommage

Le mode qui se montrait un peu décevant en version BÊTA n’arrive toujours pas à convaincre. Étant très attendus des fans de la licence dont le mode online était une pierre angulaire des anciens jeux, ceux-ci ne s’attarderont peut-être pas autant dessus.

La sensation de puissance que l’on a en solo en explosant des monstres s’évapore en ligne, même un lance-roquette nucléaire ne fera pas sourciller vos ennemis, ils perdront juste de la vie et mourront si vous leur faites assez de dégâts (la base, quoi).

Puis cette fluidité qu’avaient les démons du solo n’est pas ressentie en ligne vu que vos adversaires sont tout aussi humains que vous, ce qui rend le jeu directement un peu plus mou.

Pour pallier à cela, il y a le mode snapmap qui est une sorte d’outils de modding intégré au jeu qui propose de créer et paramétrer ses propres maps à sa guise avec les nombreux outils proposés tels que la vitesse de jeu, de déplacement, est, etc. Bon point donc qui permettra aux joueurs et aux fans de se consoler du mode multijoueur de base un peu trop mou.

Doom-Multi

Des airs d’Halo et de Destiny, non ?

Un très beau retour avec un soupçon de peut mieux faire

Doom est un bonheur à prendre en main pour le solo, la nostalgie, le respect de l’époque, accompagnée d’une direction artistique impressionnante et terrifiante à la fois, le jeu manqué quand même de subtilité que d’autres licences ont eu le temps de concevoir depuis tout ce temps.

Au niveau du multi, décevant donc, mais rattrapé par le snapmap. Nous en sommes donc ressortis heureux avec un arrière gout de pas assez tout de même.

Doom est disponible depuis le 13 mai 2016 sur PS4, Xbox One, et PC



Site officiel de Doom


 

Good

  • L’ambiance
  • Le retour aux sources réussi
  • Les graphismes et la fluidité du mode solo
  • Snapmap

Bad

  • Les temps de chargements
  • Peu innovateur
  • Mode Multi décevant
7.6

Très sympa

Graphismes - 8.5
Gameplay - 7.6
Bande son - 9.2
Scénario - 5.1
Un mec parmi tant d'autres qui se démarque notamment dans sa manière de manger des chocoprinces. Il joue aux jeux vidéos depuis ses 3 ans et porte un certain amour envers les RPG et jeux de combat.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
9.8
2 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up