Fantasy Life ou un jeu qu’on ne voyait pas venir !

Personnage aussi surprenant que le jeu !

Personnage aussi surprenant que le jeu !

Vous vous demandiez où pouvait bien se cacher notre test de Fantasy Life ?! Il attendait sagement que son rédacteur y consacre près de soixante heures pour vous y rédiger la plus belle critique de sa plume enduite d’encre ! Après avoir parcouru le désert aride d’Al Maajik, le banc de sable de Port Puerto, le ciel céleste, et la montagne infranchissable du Mont Cimeneige. J’en suis revenu comme une célèbre chanson des Destiny’s Child : Un Survivor ! Petit RPG pour gosse ou grande surprise en pleine figure ? Partez en direction du sud, et constatez si le vent tourne en sa faveur !

Il y a deux ans, Fantasy Life débarquait au pays du soleil levant, afin d’y conquérir le cœur de tous les joueurs ! J’ai eu la chance de pouvoir y jouer en press booth lors de la Gamescom 2014, et mes premières impressions laissaient place à un RPG s’adressant principalement aux enfants avec son scénario très dessin animé ! Cependant, je vais devoir revoir mon jugement, et vous avouer qu’il se positionne presque comme un bon Bravely Default. C’est-à-dire, un jeu de rôle complet, s’adressant non pas seulement aux enfants, mais à tous les amoureux du genre.

Fantasy Life nous conte l’histoire du monde de Rêveria ; ce havre de paix où il fait bon vivre. Selon une légende très ancienne, le monde était plongé dans les ténèbres. La population se consumait jour après jour jusqu’à ce que tous les habitants du monde décidèrent de prier la déesse. Ils prièrent ce vœu si fort que celle-ci finit par entendre leurs voix, et réalisa leurs vœux le plus cher. À l’heure d’aujourd’hui, Rêveria est devenu un monde paisible où vivent différentes nations qui défendent leurs propres intérêts (les carrières).

Pour débuter cette aventure, vous incarnez un personnage que vous pourrez choisir en déterminant son sexe, sa corpulence, ses détails morphologiques (coupe de cheveux, yeux, bouche, nez, etc.), ainsi qu’en y choisissant sa première carrière parmi douze disponibles (nous y reviendrons plus tard). Sur votre chemin, vous ferez la rencontre d’un magnifique petit papillon qui parle et qui porte un nom ! Il se prénomme Flotillon, et sa curiosité n’a d’égale que son caractère bien trempé. Celui-ci vous accompagnera durant toute votre aventure, et marquera un tournant décisif sur le scénario du jeu, mais chut ! Je n’en dis pas plus, promis ! Par la suite, de mystérieuses pierres venues du ciel tomberont un peu partout sur Rêveria. Ces pierres appelées « Pierre Du Chaos » ont des facultés aussi étranges que sombres. C’est alors que votre Roi Erik fera appel à vos services, et deviendrez malgré vous, celui qui devra résoudre cet étrange problème.

Dans le jeu vidéo, il n’y a que les grosses montagnes qui ne se rencontrent pas… Ou presque !

 

On a flairé un bon gros poisson !

On a flairé un bon gros poisson !

Quand on entend Level-5, on pense bien souvent au Professeur Layton, ou encore à Ni No Kuni. Mais lorsque l’on parle de 1— UP studios (Brownie Brown), les petits malins de la classe baissent bien vite leurs doigts pour répondre… En effet, Fantasy Life, c’est aussi ce studio (filiale de Nintendo) qui est derrière les très célèbres Sword Of Mana, ou encore Les Super Mario 3D World et Land, et là, je vous revois sourire à nouveau chers lecteurs et lectrices !

Ce petit jeu de rôle aux airs enfantins compte également de grosses pointures du domaine, comme Nobuo Uematsu, ou Yoshitaka Amano ! Et là, vous vous demandez si l’on a pas affaire à un hors-d’œuvre d’exception ? Hmmm… Je vous laisse deviner ma propre réponse ! On ne peut que reconnaître que l’ensemble de ces jeux évoqués a apporté son héritage à Fantasy Life, et si vous continuez à lire cet article, c’est que j’ai su capter votre attention, et que vous allez bientôt succomber à la tentation d’acheter ce jeu ! Continuons donc cette visite initiatique !

Pas de chômage technique dans ce monde féérique

Dans Fantasy Life, pas le temps de mâter les Zamours à la téloche ou d’écrire une pétition contre le Grand Journal. Vous aurez le choix entre 12 carrières (une façon assez fine pour ne pas dire classes), où celles-ci vous seront enseignées par un maitre, et où vous pourrez passer de néophyte à véritable légende vivante !

Dans sa mécanique de gameplay, Fantasy Life propose à ses joueurs de pouvoirs gagner des points d’expérience, afin d’obtenir des niveaux à leurs personnages, mais aussi de réaliser des défis en gagnant des points « étoiles » qui vous permettront de progresser sur votre carrière. Level-5 et 1— Up Studios voulaient combiner la simulation de vie et le jeu de rôle, tout en y apportant son lot d’intérêt. Le pari est bel et bien réussi…

L'Onem et Pôle emploi n'ont qu'à bien se tenir !

L’Onem et Pôle emploi n’ont qu’à bien se tenir !

N’ayez crainte chers lecteurs et lectrices ! Si par malheur vous aviez raté votre vocation, il vous suffira simplement de changer de métier auprès de la guilde des carrières, sans pour autant avoir perdu votre temps ! En effet, Fantasy Life ne veut surtout pas frustrer ses joueurs. Vos points d’expériences et de compétences acquises seront toujours utilisables. En ce qui me concerne, j’ai tout d’abord opté pour la carrière de cuisinier, histoire de montrer à tous que Cyril Ligniac est un clown à côté de moi…

Par la suite, j’ai décidé de devenir pêcheur, afin d’y dégoter les plus gros poissons, et proposer un met exceptionnel à mes convives. Pour finir, la carrière de mage fut l’apothéose de mes deux précédents apprentissages, puisque chaque carrière offre ses bonus en points de caractéristiques. Comme tout bon jeu de rôle qui se respecte, chaque montée de niveau vous permettra de dépenser deux points à partager selon vos envies (la concentration, la dextérité, et l’intelligence sont essentielles pour devenir un bon mage de renom !). On aurait presque tendance à penser que cette méthode de fusion de carrière s’inspirerait clairement des bons vieux Final Fantasy Tactics, ou encore d’un plus récent Final Fantasy XIV

Une durée de vie prodigieuse

Il va falloir faire preuve de travail, rigueur, et précision !

Il va falloir faire preuve de travail, rigueur, et précision !

À côté de cela, Fantasy Life ne propose pas que son mode histoire ou les quêtes de carrières. Manifestement, les habitants de Rêveria feront aussi appel à vos services, afin de vous débarrasser de vilains monstres rôdant dans le coin, en espionnant les cultures du fermier d’à côté, ou encore de fournir du poisson frais à des chats affamés ! Que ce soit à pied, à dos de tortue, ou sur une fidèle monture bucéphale, pour ne pas dire à cheval, ceux-ci n’hésiteront pas à mettre la main dans le portefeuille, et vous donner en échanges quelques Rêvah et de l’expérience.

Chaque action effectuée dans le jeu pourra vous faire emporter des points de liesse. Ces points vous seront utiles, car une fois accumulé, Flotillon, votre fidèle compagnon, vous offrira la chance de les échanger contre des objets ou des éléments du jeu qui vous seront intéressants (Débloquer les marchands ambulants, pouvoir monter un cheval, vivre avec un animal de compagnie, obtenir un immense sac, une grande réserve, etc.).

Si vous n’êtes pas d’humeur à aider votre prochain et préférez l’appât du gain. Vos métiers vous permettront de les dépenser en mobilier, car oui, dans Fantasy Life, on peut se payer une villa avec piscine ! Je plaisante peut-être un peu pour la piscine, mais il est véritablement possible de s’acheter un bien, et de le décorer auprès d’un marchand, ou encore de vous payer des vêtements derniers cris, afin de frimer en StreetPass

Un univers trop niais et un mode combat rigide comme un balai

Avec un scénario assez classique d’entrée de jeu, Fantasy Life ne vous proposera pas de dialogues épiques des plus grands chefs-d’œuvre du genre. Oubliez les phrases complexes et bourrées de sens, car les enfants ont aussi le droit d’y toucher !

Il est trop meugnon pour qu'on s'attaque à lui !

Il est trop meugnon pour qu’on s’attaque à lui !

Derrière le rêve peut aussi se cacher le cauchemar, et la qualité visuelle du jeu ne m’a pas franchement fait frémir mes petits yeux ténébreux ! Pokémon X & Y propose une qualité supérieure, alors que ceux-ci partent du même principe de modélisation de personnages… C’est vraiment dommage de ne pas avoir plus assumé le côté féérique, en s’inspirant d’un Child Of Light ou encore d’un Bravely Default (oui, cela fait deux fois que j’évoque ce jeu).

Mis à part cela, il est naturel d’ouvrir grand la bouche quand on voit les scènes cinématiques du jeu se présenter devant nous, ou encore les animations d’obtention de statut de Maître dans sa carrière sélectionné, saupoudré d’une chanson japonaise, histoire de vous rappeler qu’ils pèsent toujours dans le Game ! Ou encore de réaliser que Monsieur Nobuo Uematsu, est derrière les compositions musicales. Ou encore de voir Yoshitaka Amano dessiner les concepts Art et le chara-design. Ou encore, bon j’arrête…

Le monde princesse et preux chevalier ne plaira peut être pas à tous le monde, comme ces gens en recherche constante de l’homme aux cheveux longs et grisonnants, qui puni les vilains à coups de Murasame ! Le mode combat est principalement l’aspect le plus négatif que l’on puisse retirer du jeu. Le mode combat de Fantasy Life, bien que très complet sur ses sorts, et coups d’estocades, n’offre pas aux joueurs cette fluidité qu’il attend tant !

Il vous sera possible de frapper et de reculer, mais oubliez de vous protéger si vous n’avez pas de bouclier qui absorberait les dégâts subis. Les coups sont saccadés et cet aspect d’animation GIF mal foutu pourrait faire croire que Rambo : The Vidéogame a toutes ses chances de prétendre à être un bon jeu…

Après soixante heures de sommeil

Je peux vous affirmer qu’avec toutes mes phrases à l’humour spécial, Fantasy Life est incontestablement LE jeu à se fournir si vous êtes fans d’aventures, de jeu de rôle, d’univers fantastiques, ou encore des Sims… Cette nouvelle petite pépite mérite votre attention et vos 38,90 €. Alors soyez pas radin, et courez donc l’acheter ! Je vous promets que l’on ne se reverra pas avant un long moment. Toutefois, faites attention si vous êtes allergiques aux figures géométriques et au DLC (île supplémentaire au jeu qui n’altère en rien l’histoire)…

Envie de voir un Gameplay (Celui-ci ne provient pas de Cn Play)

 

Good

  • C'est diablement addictif !
  • Nobuo Uematsu + Yoshitaka Amano + 1-Up Studio = combo gagnant
  • Une (presque) totale liberté de jeu
  • Une durée de vie colossale pour un jeu portable
  • Un chef-d'oeuvre musical
  • Les scènes cinématiques sont sublimes
  • Un scénario digne des Fantasy-Story !

Bad

  • Mais un scénario classique également
  • Les combats un peu rigides et trop basiques
  • Modélisation du jeu très '' Polygone ''
  • Les DLC !
8.3

Excellent

Graphismes - 6
Gameplay - 8.5
Bande son - 9.5
Scénario - 9.1
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up