Final Fantasy VII Remake

Follow
9.9

User Avg

Final Fantasy 7 – Jeudi Retro

Final Fantasy 7 – Jeudi Retro

Final Fantasy 7 – Jeudi Retro


Voir Aussi: Final Fantasy 7 Remake


Salut à tous et bienvenue à ce Jeudi Retro spécial Final Fantasy 7 !
Vous étiez impatients de découvrir ce que pouvait cacher ce jeudi retro, qui n’a pas été publié jeudi passé pour diverses raisons, dont énormément de travail à la rédaction. Je vous avais promis quelque chose d’aussi lourd que l’épée broyeuse de Cloud, voilà chose faite ! On avance, cette fois-ci, un peu plus dans le temps, à une époque où Nintendo ne se doutait pas que deux de ses collaborateurs allaient s’unir pour bouleverser les tendances, apporter quelque chose qui n’appartenait qu’à l’élite des gamers, mais surtout, propulser un genre au rang de phénomène international ! Je parle bien évidemment des jeux de rôle japonais, plus connu sous l’appellation « J-RPG« . Avez-vous fait le plein de Matéria ? Le Haut-Vent vous attend !

Répond à l’appel de la rivière de la vie

Novembre 1997, j’ai 8 ans, et vais découvrir pour la toute première fois un jeu, qui, encore à l’heure actuelle, porte le statut de chef-d’œuvre, et de Saint-Graal dans mon cœur de joueur. La personne qui m’a fait découvrir ce jeu, est le même cousin qui m’avait fait découvrir « Heart Of Darkness ». Il m’avait mis devant un jeu se présentant sur 3 CD, regroupant des scènes de cinématiques stupéfiantes, de l’action, de la magie et du dynamisme, et ce n’est pas pour me déplaire ! Ce soldat mystérieux de première classe rempli de charisme avait su me rendre hystérique, l’idée de vouloir me le procurer et pouvoir y jouer à la maison me rendait fou. J’allais découvrir le monde magique du J-RPG ! Mais voilà qu’une fois rentré, je ne comprenais pas le but du jeu. Les quêtes et les combats au tour par tour n’étaient pour moi qu’une nouveauté exotique, et j’avais peine à suivre. Il aura fallu 4 années, et quelques expériences avec d’autres J-RPG (Final Fantasy IX et Legend Of Dragoon) pour que je puisse me replonger dans l’aventure de Final Fantasy VII, avec pour seul but de terminer le jeu à 100 %. L’expérience allait être très longue et fastidieuse. Néanmoins, j’en garde un agréable souvenir, et je suis certain que vous serez nombreux à être du même avis que moi.

Final-Fantasy-7-Jeudi-Retro-Cloud-Strife

Let The Battle Begin !

Il était une fois, un homme à la recherche de son identité

Nous sommes à Midgar, la mégalopole où la redoutable Shinra Inc. règne en maître absolu. Malheureusement, elle exploite jusqu’à épuisement l’énergie vitale de la Planète pour produire de l’énergie, et des armes. Un groupe écoterroriste, du nom de « Avalanche« , va prendre part à un combat pour la sauvegarde de la planète. Parmi ce groupe, nous retrouvons Barret Wallace, le leader. Cloud Strife, Ex-Soldat de première classe de la Shinra, originaire de Nibelheim, et qui ne vit plus que pour l’appât du gain. Et enfin, Tifa Lockhart, amie de Cloud, qui provient également du même village, et secrètement amoureuse de lui. Au fil de l’aventure, ceux-ci vont faire la rencontre d’Aerith Gainsbourg, qui se révélera être la dernière représentante des Cetras (peuple ancien qui pouvait communiquer avec la terre, et doté d’une grande sagesse), et qui par ailleurs, intéresse la Shinra au le plus haut des points.

Final-Fantasy-7-Cloud-et-Aerith

Coucou, tu veux voir mon épée Broyeuse ?

En effet, ceux-ci rêvent de découvrir la terre promise, où le président pense pouvoir y construire un Neo-Midgar, afin d’y assouvir sa soif de conquête en allant puiser ces gisements d’énergies illimités. Cependant, ils seront contrecarrés par la calamité des cieux (Jenova), et par l’homme le plus charismatique de la planète, et le plus redoutable de tous: Sephiroth, le prodigue ! Celui-ci a pour but de ressusciter Jenova, quitte à mettre la planète dans le pire état qu’il soit. Pour cela, il devra faire appel à la mystérieuse « Matéria noire » (Météore), causant ainsi des dégâts considérables à la planète, qui devra, pour se défendre, faire appel à ses armes endormies depuis des millénaires: une source d’énergie régénérante au prix conséquent: l’annihilation de toute forme de vie.

L’histoire serait bien trop longue à vous expliquer en détail. C’est pourquoi je vous invite à vous fournir l’exemplaire de Final Fantasy 7 dans la catégorie RPG Collection des Éditions Pix’n Love, qui dévoilera la totalité de son intrigue, en se basant sur tous les titres de la compilation Final Fantasy 7 ( Advent Children, Before Crisis, Crisis Core).

Final-Fantasy-7-Lifestream

La rivière de la vie, affrontant le météore.

On décortique la Murasame

Pour la toute première fois, Final Fantasy (Hironobu Sakaguchi) tournera le dos à son grand ami « Nintendo » pour se tourner vers la console outsider de l’époque « PlayStation ». Ce titre ne représente certainement pas le meilleur de toute la saga, certes. Cependant, il aura été celui qui aura dépassé toutes les limites.

En effet, Final Fantasy VII fut le premier à bouleverser la saga, vis-à-vis de son passage de la 2D « traditionnelle » à la 3D, a dépensé une somme colossale en publicité, a utilisé internet pour transmettre des informations et images du jeu à la presse, mais surtout à nous offrir une narration digne des plus grands films. Fini les héros aux destins remplis de gloire, nous avions ici un personnage, qui au final s’avérait comme le plus grand des ratés et n’avait sans nul doute aucune chance de devenir le sauveur du monde. Si Sephiroth ou Zack (No spoil), avaient tout pour être les plus grands, ce n’était pas du tout le cas de Cloud. C’est d’ailleurs, par ce côté narratif, que ce 7e volet marqua les mémoires.

On comprend à présent pourquoi Hironobu Sakaguchi a voulu offrir aux joueurs, une narration aussi prenante qu’enivrante. Celui-ci était un inconditionnel cinéphile, et voulut retenter le coup en nous proposant uniquement un film d’animation en image de synthèse, qui malheureusement, lui fit connaitre le plus gros échec de sa carrière (souvenez-vous de « Final Fantasy : Les Créatures De L’esprit« ). Cela ne lui empêcha pas, cependant, de terminer en beauté avec un Final Fantasy X qui prit finalement plus de place dans la narration que dans le gameplay, lui-même. Encore aujourd’hui, nous ressentons un peu son héritage avec un Final Fantasy XIII qui fut, malheureusement incompris des fans. Le jeu vidéo comprenait pas moins de 3 CD, ce qui représentait pour l’époque, une quantité phénoménale d’informations pour un seul jeu. En sachant que celui-ci regroupe près de 40 minutes de cinématiques et qu’il fallait près de deux semaines de travail pour ne réaliser que 10 secondes de cinématique. On ne peut que féliciter l’équipe qui s’est vu tripler d’effectif par rapport à Final Fantasy VI, son grand frère. Certains d’entre vous se demandent qui est vraiment derrière cette narration si complexe de toute la compilation de ce 7e volet. Il s’agit de Yoshinori Kitase qui fut pour la deuxième fois propulsé au rang de réalisateur et qui nous fait comprendre pourquoi la saga Kingdom Hearts regorge d’une narration aussi exemplaire que celle de notre ami Cloud, ou même de Tidus pour Final Fantasy X, quelques années plus tard.

Final-Fantasy-7-Remake-Cloud-Strife

Cloud Strife dans le prochain Final Fantasy VII Remake !

En terme visuel, c’était la première fois que l’on voyait des combats dynamiques, proposant aux joueurs plus de 80 angles de caméra fixes en combat. Chaque monstre, boss et invocation devait posséder leurs propres angles de caméra, sous peine de devoir dépasser littéralement de l’écran. Fini les animations obsolètes et les petits sprites à l’ancienne, ici on avait droit à de l’explosion, des flashs, du punch… Les invocations rappelleront à de nombreux fans, l’engouement que cela pouvait apporter pour l’époque. Celles-ci étaient tellement exagérées, que celle des chevaliers de la Table ronde durait plus d’une minute ! Le joueur avait l’impression de contrôler des hommes et des femmes surpuissantes, capables de soulever des montagnes. Dans son univers 2D avec sa 3D précalculée, Final Fantasy 7 avait donné le ton à la génération qui allait suivre, et ainsi plonger le joueur dans une immersion des plus totales !

Le gameplay, quant à lui, regorgeait de nouveautés. Alors que les précédents volets nous proposaient des classes ou des métiers fixes pour chaque personnage, Final Fantasy VII allait nous offrir un gameplay plus simple, intuitif, et qui s’adresserait à tout public. Le système des matérias avait chamboulé les esprits. La magie n’était plus dans le domaine de l’heroic-fantasy puisque tout le monde en avait la possibilité d’utilisation, à condition de les ranger dans un orifice prévu à cet effet (pas d’esprits tordus je vous prie). Le joueur allait devoir leur faire gagner de l’expérience via le système d’AP (Ability Points) pour pouvoir les rendre plus puissantes jusqu’au niveau maître, et ainsi en obtenir une nouvelle. Les possibilités de fusion étaient nombreuses (par exemple, en combinant tout et glace, le joueur avait la possibilité de lancer le sort à tous les monstres présents en combat) et certaines n’ont pas encore été découvertes depuis 1997. Final Fantasy VII fut également le premier de la saga à proposer aux joueurs des attaques spéciales issus des personnages. Hironobu Sakaguchi voulait offrir quelque chose de démentiel aux yeux des joueurs, permettant aux personnages de se dépasser et de nous offrir des coups dévastateurs, et ainsi mieux exploiter ce qui existait déjà dans Final Fantasy VI (Sangoku, je te vois). Ici, il ne fallait pas attendre d’être presque KO et d’avoir une bonne probabilité pour utiliser cette attaque spéciale, mais tout simplement de voir se remplir la jauge de sa Limit Break. Comme tout bon RPG qui se respecte, les limit breaks pouvaient également gagner en niveau, et ainsi devenir de plus en plus féroces.

Final-Fantasy-7-Advent-Children-Kadaj

Une matéria dans les mains de Kadaj, un antagoniste du film « Advent Children ».

Musicalement, un certain Nobuo Uematsu allait enfin connaitre son heure de gloire et se ranger au rang des plus grands musiciens du jeu vidéo, suivant de près Koji Kondo. Chaque thème de personnage est une pure merveille auditive, regroupant tout un orchestre pour la composition de chaque musique du jeu où celle de Sephiroth résonne encore dans les mémoires. Nous avons encore la preuve que le papa de Final Fantasy avait en tête de présenter le meilleur Final Fantasy qu’il soit, et pour le plus grand plaisir d’Uematsu.

Final Fantasy 7 n’a pas non seulement choqué le monde du jeu de rôle par son changement soudain d’éditeur de jeu, ou pour son investissement considérable, mais aussi pour sa méthode de conception. De nombreuses personnes qui travaillaient pour la firme affirmaient que l’évolution de la conception de ce nouveau bébé ne se passait pas que pendant les heures de bureau. En effet, toutes personnes impliquées dans le projet continuaient à en parler à la cafétéria, en pause cigarette ou même pendant les heures de la nuit en se téléphonant. Jamais aucun autre titre de la saga n’aura eu un tel impact aux yeux des concepteurs.

Finalement, Squaresoft pouvait compter sur l’appui considérable de Sony. C’est d’ailleurs grâce à cette firme, autrefois Outsitder, que vous pouvez actuellement jouir de toutes productions J-RPG quasi simultanément avec le pays du soleil levant. Plus tard, au vu de l’énorme succès du jeu, Sony proposa un « clone » en y développant leur tout premier RPG made in Sony «  Legend Of The Dragoon ». Malheureusement, même si Sony proposait la localisation des jeux en Amérique et en Europe, les traductions françaises étaient le point le plus négatif du jeu, en nous proposant des phrases parfois incompréhensibles ou tout simplement « ‘non traduites »’.

Le saviez-vous ?

Aerith et Sephiroth avaient pour but d’être frères et sœurs. L’une représentant la pureté et le bien, tandis que son frère, la cruauté et le mal. Vous comprendrez à présent pourquoi ceux-ci ont la même coupe de cheveux !

Zack n’a vu le jour qu’en fin de développement. Cloud devait être brun et appartenir aux classiques des Final Fantasy (le beau brun, fort et vaillant, destiné à une époque de gloire sans précédent). C’est alors que Kitase prit son téléphone et décida de changer ses plans avec Yusuke Naora (directeur artistique du projet).

Nanaki (Rouge XIII) n’est pas le seul représentant de son espèce.

Le groupe écoterroriste « Avalanche » existait bien avant les interventions de Barret, et était financé par un mécène très proche de la firme Shinra (Rufus Shinra).

Pourquoi Final Fantasy 7

Il était difficile pour moi de vous parler de ce jeu de manière objective, puisque celui-ci représente mon jeu le plus cher. Cependant, cela ne m’a pas empêcher, non pas de vous prouver à quel point ce jeu est exceptionnel, mais pourquoi il l’est. Sephiroth reste encore actuellement dans le top 100 des boss de jeu les plus charismatiques de l’histoire du jeu vidéo. Malgré sa 3D polygonale qui aurait mal vieilli, Final Fantasy VII est un jeu que l’on pourrait recommencer des millions de fois, et redécouvrir son histoire et son univers. Je suis bien conscient qu’un certain Final Fantasy VIII a su tirer son épingle du jeu et améliorer les nombreux défauts et lacunes de son petit frère, et que l’épisode de Yuna et Tidus s’avère nettement supérieur. Néanmoins, ce 7e opus a su attirer la curiosité et faire connaitre son genre à part entière au monde entier. Il ne portait pas le numéro 7 par hasard. La chance a voulu que celui-ci permît à Sony de se hisser petit à petit au rang de challenger numéro un face à Nintendo. Remerciez Cloud et Sephiroth, sans eux, vous n’auriez certainement pas connu tout cela, et ce n’est pas pour rien que l’annonce de Final Fantasy 7 Remake avait fait l’unanimité à l’E3 2015

Sur ce, je vous laisse avec le notre réaction à Los Angeles, lors de l’annonce officielle de Final Fantasy VII Remake à l’E3 2015 !


Site officiel de Final Fantasy VII Remake


 

Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.

1 Comment

  1. Great Game !!!!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up