Final Fantasy XV – Avis

PS4 Xbox One

Final Fantasy XV – Avis


Vous le saviez, Final Fantasy XV faisait partie de mes jeux les plus attendus de 2016 !

Il suffit de voir la catégorie Focus qui lui a été accordée depuis l’E3 pour constater que j’étais pratiquement là à chaque nouvelle information importante autour du jeu !

10 ans ce sont écoulé depuis le premier trailer de l’E3 pour Versus XIII… Une attente qui fut très longue, dans laquelle nous avons également vécu certains changements.

La légation de Nomura à Tabata, le changement sur le point scénaristique, la réflexion sur le cross-média, le retard du jeu dû a ses imperfections, etc.

Quoi qu’il en soit, ce dernier grand cru de la maison Square Enix aura fait couler beaucoup d’encre, de sueur, mais surtout apporté énormément d’impatience aux yeux des fans.

L’attente aura-t-elle été justifiée ? Est-il un bon jeu ou un bon Final Fantasy ? à qui s’adresse-t-il vraiment ? J’ai pris le temps afin de pouvoir répondre à toutes ces questions, et me voici prêt à vous délivrer mon avis sur le test de Final Fantasy XV.

Préparez les Quecha, le cassoulet et les bonbonnes de Gaz, on lève le camp !

Final Fantasy XV Ignis Cuisine

Futur MasterChef 2017 Japan ce Ignis !

Ô Nox, belle Nox !

Sans grandes surprises, et après le matraquage marketing de la part de nos amis nippons. Final Fantasy XV débute lors d’une escapade du Prince Noctis, fils du Roi Régis, ainsi que de sa clique de potes et accessoirement gardiens royaux.

Ceux-ci ayant pour but de se rendre à Altissia afin d’aller marier le jeune prince à la belle dame Lunafreya Nox Fleuret, Oracle d’Eos et Princesse de Tenebrae.

Mais voilà que le moteur de la bien trop chère voiture royale se mit à faire des siennes et laisser tomber nos amis à leur triste sort.

Contraint de pousser le bolide le long de l’autoroute sous un air de Stand By Me de Florence + The Machine, nos compagnons feront halte à Hammerhead, afin de faire réviser le bolide, et ainsi continuer leur voyage nuptial.

Malheureusement, nos héros découvrent qu’Insomnia, capitale du Pays et ville souveraine vient de s’effondrer avec pour énorme tragédie l’annonce du décès du roi Régis. Assassiné suite à la trahison de l’Empire vis-à-vis d’un traité de paix qui a tourné au massacre.

Noctis désemparé et furieux devra faire face à ce choc, et se préparer à reprendre son trône qui lui est dû. Il est l’ultime chance pour que l’Empire ne garde pas maintes mises sur tout le royaume et pourra ainsi venger son père.

Final Fantasy XV Prompto

Prompto, toujours là à faire le guignol !

Sous un ciel de Fantasy

Faisons le point sur la qualité visuelle de Final Fantasy XV. Retardé sous ordres du producteur Hajime Tabata, Square Enix a dû se résigner à tenter de proposer un jeu à la hauteur des espérances des fans.

En effet, la Master Version qui fut rendue disponible lors de la Gamescom n’était vraiment pas convaincante. Aliasing à foison, clipping, manque cruel de fluidité, bugs graphiques et j’en passe !

Final Fantasy XV ne pouvait être donné de cette manière, et pour cela, je tiens à féliciter ce producteur qui a eu l’audace de freiner le joug impitoyable des éditeurs qui oublient parfois que lorsque l’on vend un produit, autant qu’il soit fini.

Si l’on devait acheter une voiture et qu’il fallait un DLC ou une mise à jour pour obtenir le carburateur, on serait dans de beaux draps !

Mais trêves de bavardages inutiles et de débats stériles puisqu’ici on ne peut qu’être fier d’avoir en main un beau produit et une direction artistique intelligemment travaillée.

Pour la première fois, Final Fantasy XV laisse le réalisme et le rationalisme entrer chez lui !

Voitures, autoroutes, restaurants, hôtels, plats à cuisinier. Je ne sais pas vous, mais cet aspect de sciences fiction et réalité m’a particulièrement charmé.

Tout a parfaitement été mixé correctement pour apporter une certaine profondeur à l’univers d’EOS dans Final Fantasy XV.

Final Fantasy XV Takka

Yo Takka ! Tu me mets un Pit Stop steuplait ?

Pas si Belle, Belle, la note !

Mais si vous êtes ici, ce n’est pas uniquement pour lire de belles choses sur Final Fantasy 15, car malheureusement, les deux mois de retard n’auront pas été suffisants pour couvrir toutes les erreurs encore visibles dans le jeu.

Commençons tout d’abord avec sa disponibilité sur PlayStation 4 et Xbox One.

Pour ne rien vous cacher, j’ai pu avoir la chance via l’un de nos envoyés au Tokyo Game Show, de découvrir que la version PS4 Pro était indéniablement LA VRAIE VERSION de Final Fantasy XV !

Force est de constater que la version Xbox One est horrible, instable, encore bourrée de défauts et d’aliasing, mais surtout ne tient pas la route, un peu comme notre Régalia qui ne peut se diriger à travers champs !

Et c’est là où ma frustration commence avec ce nouvel opus. Il est inégal et privilégie la dernière console de Sony.

Si la version PS4 classique fait le café, on ne peut se cacher de voir une nette différence entre une version Xbox One, PS4 et PS4 Pro !

Ne pas proposer la même expérience de jeu à un fan, c’est comme lui manquer de respect.

Et pour cela, je serais intransigeant dans ma note finale !

 

On ne mange pas à sa faim

Et c’est là que les  » Titan  » s’empoignent ! Final Fantasy XV a beau proposer une belle direction artistique, on aura toujours le cul entre deux chaises.

À mi-chemin de la frustration et du plaisir, vous verrez qu’il sera très fâcheux de ne pas pouvoir vous ballader à 100 % comme vous le voudriez sur cet Open World made in Square Enix.

En effet, j’ai eu plusieurs occasions de constater que mon personnage ne pouvait descendre un morceau de falaise, se heurtant ainsi contre un mur invisible, ou se voir improviser un cours de natation lorsque Noct sauta sur une fontaine ou une table sur une terrasse de restaurant en plein Lestallum.

Ajoutez à cela des PNJ pas assez vivants à mon goût et des effets de collision physique approximatifs, et vous obtenez déjà une belle brochette d’imperfections.

Mais soit dit en passant, je reconnais être très exigeant sur ce jeu, mais l’attente en vaut la peine, malheureusement, et je ne peux laisser passer cela.

Pour le reste, Final Fantasy XV est très beau (sur PS4 Pro), la chevelure des personnages a enfin un effet naturel et les divers éléments du décor laisseront le joueur bouche bée vis-à-vis de l’ampleur du paysage qui se tiendra devant lui.

Plaines, Montagnes, Plage, Désert, Forêt, Donjons, Cavernes, Grottes enneigées, et encore tout un tas d’environnement différent et propre à tout opus portant le nom de Final Fantasy en règle général.

C’est varié, ça fait plaisir. Les effets de lumière et de magie sont très bien travaillés, rappelant même parfois Kingsglaive !

Final Fantasy XV Avis et Test

Personne, n’est parfait. Pas vrai les potes ?

Y a de l’idée !

Parlons à présent de son aspect global. Est-ce que Final Fantasy XV est un digne représentant de sa lignée ? Respecte-t-il les codes qui font qu’il est un Final Fantasy ou une pâle copie d’un jeu polonais d’une qualité supérieure à lui ?

Il suffit de remarquer tous les clins d’œil aux différentes sagas pour se rendre compte qu’il est le porte-étendard de 30 ans d’expérience !

Tout est subtil, bien amené, le bestiaire est fidèle à la saga, les chocobo et leur musique toujours exploités de la même manière que les autres Final Fantasy.

Mis à part un Mog ou deux, on ne peut pas nier que c’est un FINAL FANTASY !

Proposé d’une manière nouvelle sous de nombreux points, Final Fantasy XV respecte tous les codes de ce que je connais d’un Final Fantasy.

C’est-à-dire, un bestiaire fidèle, des Chocobo, des Mini-jeux dans tous les coins, de la magie, des invocations ULTRA BADASS, des points de compétences à utiliser sur un sphérier, des objets phares à la saga, des musiques poignantes et enivrantes, un moyen de transport volant, bref !

Puisque c’est mon avis personnel, je vous répondrais que OUI, il mérite sa place de XVe pour sa générosité dans le partage, autant pour les fans que les néophytes.

Final Fantasy XV EU Launch

Je prendrai bien une Pina Colada, siouplait !

Des étoiles plein les yeux

Je vous disais un peu plus haut que l’on était un peu le cul entre deux chaises. Entre Frustration et admiration. Final Fantasy XV m’a vendu du rêve pour de nombreux points que je vais vous citer ci-dessous.

L’apport de l’action RPG était un pari risqué. Autant les vieux fans revendiquent de droit ce système de jeu, autant les nouveaux arrivants n’adhéreront peut-être pas à ce système devenu archaïque !

Hajime Tabata et son équipe sont arrivés à nous transcender et nous montrent à quel point on peut vivre l’action à 100 % quand un combat est dynamique de cette manière.

J’ai pris de maintes fois mon pied en affrontant des monstres au-dessus de mon niveau ou des boss pas si faciles que cela à vaincre !

Un peu marre du farming Old School, Final Fantasy XV nous impose à nous reposer pour y gagner nos points d’expériences !

Un excellent point qui permet de faire un feed-back sur le cours de notre périple vidéoludique.

Prompto vous montrera ses plus beaux clichés de son appareil photo, vous permettant ainsi de revivre d’une certaine manière vos meilleurs moments.

Ignis quant à lui pourra vous accorder des Bonus en tout genre pour vous permettre d’attaquer une nouvelle journée avec plus d’entrain.

La progression est plaisante et permet de complètement balayer cet infâme système de leveling long et ennuyeux.

Final Fantasy XV Camp

à chaque personnage sa spécialité.

Du neuf avec du vieux

L’air de rien, Final Fantasy XV emprunte énormément de choses des anciennes licences afin de les peaufiner.

De cette manière, on remarquera que le fait de fusionner ses magies élémentaires et un objet donnera naissance à une nouvelle; soit un peu comme les matériaux dans Final Fantasy VII.

Le système de sphèrier apporte un réel plus aux personnages et vous permettra d’améliorer vos héros comme bon vous semble. Soit un peu comme un Final Fantasy X.

Un mode stratégie est toujours en place, afin que les vieux fans ne radotent pas trop non plus.

Les missions de Sania nous rappellent inévitablement le personnage Kweena de Final Fantasy IX, fan des grenouilles afin de les cuisiner.

Enfin, le mode fantôme n’est pas si étrange que cela à l’univers de Kingdom Hearts. Sachant que Tetsuya Nomura est passé par là, il n’est pas choquant de voir certains petits détails de la saga de Sora dans ce nouveau Final Fantasy.

Sania Kweena

Je suis sûr que Kweena est sa cousine germaine à Sania !

Du changement et un grand pas pour les francophones !

J’aimerais également attirer votre attention sur les musiques du jeu ainsi que la qualité du doublage français de Final Fantasy XV ! Les musiques composée par Yoko Shimomura sont dantesques !

Je pestais à l’idée de ne pas écouter mon très cher Nobuo Uematsu, mais connaissant les talents de Shimomura, je n’ai fait que déguster avec émoi les Somnus et autres musiques qui donnent à ce Final Fantasy son empreinte parmi les grands !

Mais quoi qu’il en soit, je peux me consoler à écouter les musiques des autres Final Fantasy via la Régalia ou encore mettre en boucle Braver d’Afrojack qui est juste ma musique phare du moment.

Bref, j’en viens à présent au doublage du jeu. Fidèle aux versions Japonaises sous-titrées, j’étais curieux de découvrir la qualité des voix françaises !

Une grande première pour la saga, puisque jamais auparavant nous n’avions eu de doublages Français ! Je dois vous avouer que je n’ai jamais changé les voix françaises durant toute ma progression.

Charmé par le talents de ces petits bonhommes, je tiens à les féliciter pour leur implication, et j’espère que nous auront à nouveau cela pour les prochains Final Fantasy (VII REMAKE PLZ) !

Final Fantasy XV Plein Essence

Ne jamais oublier de faire le plein d’essence ! Un Chokotoff offert à chaque passage !

Mais des reproches

Que puis-je encore reprocher à ce Final Fantasy XV ? Des quêtes, certes variées, mais trop classifiées à mon goût !

Contrats de chasse, aller chercher des médailles, cueillir des ingrédients, ramasser des grenouilles, etc.

Au final, les quêtes se ressemblent un peu toutes et donnent un aspect de MMORPG OFFLINE au jeu que je n’apprécie pas trop en fait.

Si vous n’avez pas encore vu la série animée et gratuite Brotherhood, ainsi que le film en images de synthèse Kingsglaive, je vous conseille de le faire avant de jouer !

Cela aura quand même un impact important sur votre compréhension de l’univers et de son scénario !

Et puisque l’on en parle, on a vraiment l’impression qu’à partir de l’entrée dans le cristal de magie, des morceaux de scénario ont été retirés volontairement afin de les proposer en DLC, comme Hajime Tabata l’a expliqué récemment, ainsi qu’un remaniement du chapitre final du jeu. Cela aurait pu être évité je trouve, car apporter encore des détails à un scénario alors que le jeu aura déjà été terminé par tous ne donne pas une image positive de l’œuvre.

Je comprends parfaitement l’attitude perfectionniste d’Hajime Tabata. Mais alors, il aurait fallu encore un petit peu retarder le jeu et ainsi le sublimer comme il se doit !

Prompto Gros

Ce petit gros, c’était Prompto 😉

papapapa pa pa papapa !

Avec une durée de vie minimum de 30 heures de jeu pour boucler le scénario et de nombreuses heures pour espérer terminer le jeu à 100 %.

Final Fantasy XV est un VRAI Final Fantasy, mais aussi un bon jeu !

Si l’on avait corrigé encore quelques bugs et ajouté plus de clarté au scénario dans son intrigue, le tout avec des DLC gratuits en guise d’excuse pour ces 10 années de patience interminable.

Square Enix aurait réussi son pari et aurait pu inscrire ce quinzième volet au panthéon de l’histoire de Final Fantasy. Malheureusement, il faudra se contenter d’un « bon jeu, mais peut mieux faire »…

Final Fantasy XV est une aventure à vivre ! Ici, la bromance et la romance sont mises en avant de façon magistrale et bien que le scénario soit un peu complexe vis-à-vis de certains personnages, tout le monde y trouvera son compte.



Acheter le jeu sur PlayerOne.Be

 

 

Good

  • C'est beau (sur PS4 Pro)
  • Les références à toute la saga FF
  • La proposition globale du jeu
  • Subtil
  • Les voix VF

Bad

  • C'est moche sur Xbox One
  • Un peu obligé de se coltiner Brotherhood et Kinsglaive pour tout saisir
  • Encore la présence de divers bugs
  • des DLC PAYANTS !
  • Des trous dans le scénario (Voir DLC)
7.5

Très sympa

Graphismes - 7.5
Gameplay - 6.9
Bande son - 8.8
Scénario - 6.9
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7.5
11 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up