Gauntlet fait son grand retour après une longue période de silence. Alors que ce retour est plein promesses, Warner Bros réussit-il son pari ?

Qu’est-ce que Gauntlet?

On revient de loin

On revient de loin

Gauntlet est un jeu sorti sur NES en 1985. à l’époque, le but était simple : piller un donjon de ses trésors en détruisant montres et boss sur son chemin. Une suite fut apportée au titre en 1990, et reprenant la même mécanique de gameplay. Vous contrôlez un guerrier, un elfe, une valkyrie ou un sorcier, où chacun d’entre eux vous propose diverses capacités. Le guerrier est rustre, il fonce dans tout ce qui bouge, hache en avant. L’elfe quant à lui, est plus discret, maître des attaques à distance, il bloquera les monstres grâce à son arc. La valkyrie embroche les ennemis avec sa lance, et sera le compromis entre attaques directes et à distance. Elle peut également se protéger avec son bouclier. Le sorcier maîtrise des sorts d’attaques et de défenses redoutables. Il peut geler, brûler, électrocuter ses ennemis, ou encore se cacher derrière des barrières magiques. Et tout ce petit monde part donc à la conquête des trésors du Gauntlet, un donjon rempli de monstres d’outre-tombe.

De retour en 2014, quoi de neuf ?

Eh bien pas grand-chose, mis à part l’évolution visuelle… Parlons-en justement. Le défaut principal dans la version de 1985 était que les monstres se ressemblaient beaucoup, et il était assez difficile de les différencier et d’appréhender le combat. En effet, les monstres comme les protagonistes disposent eux aussi de capacités distinctes par rapport à leurs skins. Chez les monstres, on retrouvera par exemple, des squelettes d’un aspect aussi basiques que le jeu, et nombreux d’entre eux succomberont en moins de deux. On pourra éventuellement compter sur des versions « gradées » disposant d’atouts. Des sorciers, des kamikazes, des guerriers, et j’en passe. Chaque type d’ennemis est à approcher de façon différente. Cette nouvelle version a su répondre à ce problème, et chaque monstre est aisément reconnaissable. Il est possible d’améliorer son personnage, un système de récompense permet d’améliorer les résistances et les dégâts de son héros. Exemple : succomber une fois en étant gelé permet de mieux résister à la glace, en d’autres mots, plus vous mourrez plus vous irez loin la fois suivante. Gauntlet fait partie des jeux qu’on ne finit pas comme ça, on va juste un peu plus loin à chaque fois. En ce qui concerne la bande sonore finit le bon vieux 8— bit. On profite maintenant d’une musique d’ambiance sombre et lugubre variant selon les situations.

Un scénario ?!

Un peu d'humour avec des conseils très utiles

Un peu d’humour avec des conseils très utiles

Gauntlet ne possède pas vraiment un scénario. Le jeu débute sur la plaque arborant le logo du jeu, où celle-ci s’enfonce de plus en plus profondément dans le sol, foulée par les 4 personnages qui sombrent dans le sommeil. Un à un, les personnages se réveillent et des monstres apparaissent. L’objectif sera de les exterminer tout en apprenant à manier chaque personnage. Oui, vous êtes sur la bonne voie, on parle bien du tutoriel. Vous devrez alors choisir votre personnage, la difficulté du jeu, ainsi que le mode online ou non. Si vous choisissez d’aller seul, vous vous retrouverez à l’entrée du donjon. Une ombre sera là pour vous vendre de l’équipement, mais rien ne sera accessible à ce moment. Assise sur un trône, elle garde 12 portes dont 11 sont fermées. Vous avez à nouveau compris ! à chaque fois que vous compléterez le niveau derrière une porte, une autre s’ouvrira. Et… c’est tout. On enchaîne les niveaux sans vraiment savoir pourquoi. Une voix off exprime de temps à autre son mécontentement, vis-à-vis de notre survie et apportera, à l’occasion, une remarque sur votre personnage.

Allons faire un tour en ligne.

Un chaos omniprésent

Un chaos omniprésent

Et bien nous en prend ! Car c’est là que le jeu devient réellement plaisant. Dès lors, des choix s’offriront à vous. Soit on crée soi-même sa partie, et l’on attend que d’autres joueurs nous rejoignent, soit on rejoint une partie déjà créée. Je vous conseillerai de créer vous-même votre partie, car si l’on en rejoint une, on ne pourra sélectionner qu’un personnage libre. Vous aurez donc jusqu’à 4 personnages dans le Gauntlet, ce qui rend le jeu plus facile et plus plaisant. À la fin d’un niveau, le butin sera partagé entre les joueurs par rapport à leurs participations lors des combats. Tous les bonus et équipements achetés en solo et en ligne seront cumulés dans les deux modes.

Conclusion

Gauntlet apporte une alternative au roi du genre : Diablo 3, mais n’a-t-il pas eu les yeux plus gros que le ventre ? Le jeu est pauvre en contenu ; le scénario pratiquement inexistant, et pas de but réel, si ce n’est terminer les niveaux plus vites que les autres, en rajoutant que ceux-ci sont très redondants… Il reste néanmoins un bon défouloir pour ceux qui ne sont pas fans de bla-bla. C’est-à-dire des hommes très virils, et où leurs pilosités du torse sont aussi grosses et volumineuses qu’un yéti !

Good

  • Facile à prendre en main
  • L'aspect nostalgique
  • Son prix

Bad

  • Manque de contenu
  • Vite lassant
6.6

Sympa Sans Plus

Graphismes - 6
Gameplay - 7
Bande son - 6
Scénario - 3
Jason, aka TNK, est un gamer depuis sa plus tendre enfance. Fan inconditionnel de Final Fantasy, Kingdom Hearts et Metal Gear.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up