MotoGP 17

Follow
6.4

Sympa Sans Plus

7.9

User Avg

MotoGP 17 – Avis Test – L’année de la moto ?


Alors que l’an dernier nous avions eu droit à un MotoGP « hors série » de la part de Milestone entièrement dédié au champion italien Valentino Rossi, le studio continue sa série en nous proposant MotoGP 17, la continuité logique de ce Valentino Rossi: The Game qui fût décevant. Cette année encore, le jeu de simulation de moto repart sur sa compétition annuelle avec un petit changement de direction. Si vous êtes un néophyte du genre et que vous voulez risquer le coup d’acheter MotoGP 17 alors que vous êtes un fervent admirateur de jeu arcade, passez votre chemin. Si piloter une voiture dans un jeu de simulation peut-être fastidieux, il en est de même pour les motos de cette franchise. Préparez les pots d’échappement et les combinaisons bien moulantes, car voilà mon avis sur le test de MotoGP 17 !

On se rapproche un peu plus de quelque chose de bon

MotoGP 17 c’est donc avant tout une expérience de simulation de pilotage sur des bolides qui pèsent lourd et avec beaucoup de chevaux dans le ventre ! Ici, vous ne pourrez pas être aidés de volants et pédalier pour améliorer considérablement votre conduite, et il vous faudra donc obligatoirement passer par une manette pour maintenir ces monstres de puissance sur les deux roues. Dès le début de partie, celle-ci ne vous propose donc pas de mode facile ou arcade puisque les seules aides pouvant être obtenues pour votre conduite sont le tutoriel et les quelques réglages dans les options de jeu. L’intérêt de la franchise reste donc sur le réalisme de la conduite, manette en mains. Cela fait un bon moment que la série MotoGP ne peine pas un instant à nous fournir un réalisme bluffant sur la conduite. Entre dosage des freinages, de l’accélération, de la répartition du poids du pilote sur la moto et les différentes aides, le titre nous livre à nouveau un gameplay aux petits oignons, mais sans apporter de grosses innovations depuis Valentino Rossi.

Place aux réglages !

Pour améliorer votre expérience de jeu, il existe donc divers types de réglages à effectuer pour un confort optimal. Cela va de l’aide au freinage ou à la direction, en passant par la gestion du positionnement du pilote derrière le carénage. Vous pouvez tout aussi bien décider d’activer le rebobinage pour revenir sur une erreur survenue en pleine course, une pratique qui se fait maintenant très couramment dans les jeux de simulation de course, quels qu’ils soient. Tout ceci peut-être paramétré avant les courses ou championnats, au même titre que les options météo et de la course en général. Dans ce cas, un menu nous donne le choix sur le nombre de tours, la difficulté de l’IA, l’activation et prise en charge des dégâts sur la moto, l’usure des pneus et même le chrono et drapeau de pénalité. En mode grand prix, il sera possible de choisir le type de météo voulu, mais pas en championnat.

Nous remarquerons aussi que MotoGP 17 nous offre ce mode devenant extrêmement rare et permettant à deux joueurs de jouer en écran scindé sur la même TV. Le jeu possède bel et bien un mode multijoueur local dans lequel vous pourrez organiser la course de votre choix avec une large sélection de circuits, de motos, et tous les paramètres cités plus haut.

Quid des modes ?

Bien entendu, MotoGP 17 possède un mode carrière de pilote dans lequel vous commencerez par la Red Bull MotoGP Rookies Cup qui reste le meilleur moyen pour les jeunes pilotes de rejoindre le Grand Prix de moto. Vous débutez votre carrière à deux courses de la fin de cette compétition sur une véritable KTM RC 250 R spécifiquement développée pour les débutants et proche de la catégorie Moto3. A vous de faire vos preuves pour grimper les échelons et devenir le meilleur pilote. Les récompenses obtenues en fin de course dépendent de votre classement, et conditionnent dès lors l’amélioration de votre moto.

Parallèlement à vos succès en tant que pilote, MotoGP 17 comprend un mode carrière qui vous propulse dans la peau d’un manager d’équipe. Vous démarrez donc en tant que Wild card pour la dernière course de l’année en Moto3 à Valence. Ici, vous gardez votre identité de pilote, mais vous serez surtout amenés à gérer les sponsors et les motos et pilotes en plus de participer vous même aux compétitions. Pour commencer, vous achetez la première moto pour votre écurie, avant que le jeu ne vous place face à 3 premiers sponsors vous promettant chacun un bonus de récompense fixe différent, un bonus d’objectif de sponsor et un objectif de course. Une fois passée la partie de customisation visuelle, vous serez immédiatement lancés dans un week-end de course, le premier de votre écurie. Un grand moment pour un manager.

On personnalise tout ça !

Mon GP est un menu dans lequel le joueur pourra personnaliser son pilote et sa moto, réinitialiser sa carrière ou sa carrière de manager. Ceci permet surtout d’avoir sa propre identité dans le mode multijoueur, mais la customisation visuelle des motos avec différentes livrées et sponsors de renommée reste agréable. On regrettera juste un manque dans la personnalisation du pilote qui ne nous permet pas de toucher à la combinaison, mais uniquement aux bottes, au casque et aux gants. Néanmoins, vous pourrez y sélectionner le style de pilotage qui vous convient le mieux, comme dans les précédents opus.

Ils ont toujours rien compris, on dirait…

Mais côté visuel, ce nouveau venu dans cette série de jeux de moto emblématique n’innove rien. Les motos et pilotes sont certes réussis, mais la palette de couleurs qu’offrent les pistes et leurs alentours reste assez fade et basique. Les jeux d’ombre et lumière ne sont pas assez optimisés et les décors restent plats, mal réalisés. Vraiment dommage lorsque l’on compare aux rendus que proposent des jeux de simulation comme Project cars et autres, avec de superbes reflets, des ombrages très soignés et des décors plus vrais que nature. Valentino Rossi: The Game semblait redresser la barre avec un MotoGP 15 plus que moyen à ce niveau, mais voilà que Milestone semble encore stagner avec celui-ci. Un point noir qui affaiblira forcément la sensation d’immersion.

Conclusion

Au final MotoGP 17 reste un très bon jeu de simulation à conseiller aux fans de deux roues. Les joueurs n’ayant pas pour habitude de gérer ce genre de bolides sur consoles pourraient être perdus dans ce jeu et le trouver fade puisque son intérêt réside dans la manipulation parfaite des motos en retirant progressivement chacune des aides du jeu, mais la persévérance et l’entraînement finissent par payer et délivrer une expérience de jeu parfaite. Ceci dit, c’est surtout au niveau visuel que le soft se casse à nouveau la pipe. Contrairement aux jeux de voiture ne cessant d’innover tant sur le gameplay que sur les rendus visuels des routes et bolides, MotoGP n’a pas vraiment de concurrence et se permet visiblement de délivrer un jeu en service minimum pour ses graphismes. Dommage, car l’immersion s’en voit diminuée.


Good

  • Le gameplay
  • Retour au motogp
  • Le Splitscreen
  • Le mode carrière

Bad

  • Toujours techniquement à la ramasse (décor, public, etc)
  • Les personnalisations ne sont pas ouf
  • Rien de vraiment neuf depuis l'an dernier
6.4

Sympa Sans Plus

Graphismes - 4.1
Gameplay - 7.9
Bande son - 7.2
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7.9
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up