Les J-RPG possèdent leurs codes qui peuvent parfois semblés étranges pour le commun des Occidentaux. Mais quand est-il de ceux qui arrivent chez nous ? La plus grande partie du temps, ce sont des titres destinés aux habitués du genre, et c’est le problème de NAtURAL DOCtRINE : un jeu de niche, destiné aux amoureux des J-RPG qui cherchent un nouveau challenge, mais qui rebutera le grand public non averti dès le début du jeu.

natural-doctrine-natural-doctrine201309-26-13002-1380285459NAtURAL DOCtRINE est un jeu cross-plateforme basé le concept de sélection naturelle (si si !), qui permet de débuter une partie sur PS4 par exemple pour la terminer sur sa PS Vita. Amateurs de graphismes scintillants et de sublimes effets de particules, passez votre chemin ! Nous voici confronté avec un titre optimisé pour la PlayStation 2, avec tout le respect que nous avons pour cette vénérable console de Sony. La stupéfaction en démarrant la partie sur notre rutilante PlayStation 3 n’a pas de nom ! Même la PS Vita est capable de meilleures choses ! Les environnements paraissent flotter au milieu de nulle part, avec un fond insipide. Soit les concepteurs ont préféré se concentrer sur le gameplay, soit ils ont mis 15 ans à développer le jeu, qui, de ce fait, est « légèrement » en retard sur son temps. Nous savons que les japonais cherchent souvent le challenge avant la beauté, mais quand même … De là à ne pas exploiter un centième des capacités de la PS3, il y de quoi se poser des questions …

Le placement, c’est la vie !

Un petit exemple de carte.

Un petit exemple de carte.

Un RPG classique se joue soit en temps réel, comme dans un Kingdom Hearts, soit au tour par tour, comme dans Final Fantasy. Pour NAtURAL DOCtRINE, il s’agit d’un petit mélange entre les deux, en effet nous avons bien affaire à un tour par tour, mais le positionnement des unités avant les affrontements se fait en temps réel. Le placement représente le cœur du jeu : vos attaques ne seront efficaces que si vos personnages se trouvent bien alignés face à l’ennemi. Si vous oubliez la présence d’un pilier devant Anca (qui effectue des tirs à distance), cela peut sérieusement mettre à mal vos chances de victoire, car le jeu ne vous fera aucun cadeau, il est délibérément difficile (même si selon les dires des développeurs à la Gamescom, il aurait été légèrement revu à la baisse pour éviter les pertes de cheveux spontanées du côté européen). Le problème, c’est que la caméra ne vous aide pas vraiment à anticiper le positionnement ennemi, ce qui rajoute encore de la difficulté, mais ce coup-ci, assez inutile et surtout frustrante.

« Link start ! »

Les liens sont très importants !

Les liens sont très importants !

Le placement prend toute sa valeur une fois le système de liens entre vos personnages acquis, lequel vous octroie, en plus d’une efficacité améliorée au combat, divers bonus. Cette fonctionnalité intéressante nécessite une réflexion accrue, et pas mal de jugeote pour se sortir de situations à priori mal embarquées. Il faut dire que NatURAL DOCtRINE ne pardonne pas : si l’un de vos personnages meurt, c’est game over ! Oui, vous avez bien lu, pas de système à la Fire Emblem, ici c’est bel et bien un bel écran de mort que vous verrez, et vous le contemplerez très très très … souvent ! En plus du placement, vous aurez à regarder après le rôle alloué à chacun des personnages : soigner, attaquer l’ennemi au plus près, à distance, etc. Les combinaisons sont nombreuses mais vous aurez par moment l’impression qu’une seule une unique solution est possible, les autres étant vouées à l’échec. Seuls les plus patients et les plus tacticiens arriveront à garder leur sang-froid pour arriver au bout …

Un scénario renversant… ou pas !

Scénario ? Quel scénario ?

Scénario ? Quel scénario ?

L’histoire tiens sur un bout de papier contenu dans un Fortune Cookie : il s’agit de rassembler des éléments d’une matière très convoitée, le Pluton, et… C’est tout ! On suit donc le voyage de Geoff et de ses amis qui ont tous un unique but : devenir des citoyens de la ville de Fest, et qui passera donc par la recherche de la matière en question. Le monde est infesté de créatures et d’insectes géants ayant le même but (de récolter la matière hein, pas de devenir citoyen), leur tâche ne sera pas de tout repos ! Un autre problème survient alors le charisme des personnages, totalement inexistant, ainsi que des voix à la limite du supportable ! Lors de chaque combat vous réentendrez encore, et toujours les mêmes phrases niaises au possible. Peut-être est-ce là une intention volontaire des développeurs pour y ajouter une forme de défi supplémentaire ?

En résumé

NAtURAL DOCtRINE ne vous fera aucun cadeau, sa difficulté lassera très rapidement les joueurs non-avertis, nous avons donc affaire à un jeu destiné à un public cible bien précis : les joueurs recherchant du tactical exigeant, pointu et ne faisant pas fatalement attention au moteur graphique dépassé depuis des années …

Good

  • Gameplay complet et exigeant
  • Système de personnalisation de compétences

Bad

  • La caméra parfois capricieuse pour le placement
  • Le moteur graphique complètement dépassé
  • La difficulté parfois frustrante
  • Les doublages horribles
  • Très vite répétitif
3

Mauvais

Graphismes - 1.6
Gameplay - 5.8
Bande son - 3.7
Scénario - 1
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up