OLD SCHOOL MUSICAL – Avis – Test


Cocorico, les français du studio “La moutarde” nous offrent enfin le jeu de rythme sur lequel ils travaillent depuis presque 4 ans et dont le projet a vu le jour en 2011. Old School Musical est un hommage au retro gaming dans une forme qu’on ne voit que trop peu actuellement mais est-ce que la promesse est tenue ? Le jeu en vaut-il vraiment la peine ? Spoiler : Oui, mais laissez-moi vous l’expliquer.

Jeu de rythme ? Kezako ?

Un jeu de rythme, mon jeune ami, est un jeu qui demande l’appui de touches précises dans un rythme précis, à des moments précis…

Autrement dit, c’est un jeu basé sur des QTE… mais en plus précis. A savoir que lesdites touches sont à presser au rythme de la musique du jeu. Vous ne contrôlez pas le ou les personnages mais leur réussite dans leurs diverses actions dépend de votre respect de la partition.

C’est un style de jeu rendu célèbre par les Parappa the Rapper, Gitaroo Man et autres Theathrythm Final Fantasy. Guitar hero, Rock band et Dance Dance Revolution, pour ne citer que les plus connus, peuvent aussi être considérés comme des jeux de rythme tout en bénéficiant d’un accessoire augmentant l’immersion Old School Musical s’apparente donc plus à la 1ere catégorie, celle qui se joue simplement à la manette.

Chaque jeu bénéficie de son style d’affichage et l’action en arrière-plan est plus ou moins importante selon l’histoire qui entoure ce gameplay.

Une histoire ? Pour un jeu de rythme ? Ça doit surement être nul ! Calme toi donc amigo, je vais t’expliquer !

Old School Musical met en place les aventures de Tib et Rob, deux frères « torturés » par leur mère depuis toujours. Ils sont entrainés pour devenir des héros, ceux qui, un jour, sauveront le monde.

Le monde ? Ils n’en connaissent rien, ils n’ont toujours connus que leur ile, une ile qu’ils se sont promis de quitter ensemble un jour. Et ce jour arrive lorsque des bugs attaquent leur monde, faisant disparaitre leur môman « adorée » qu’ils veulent néanmoins sauver… syndrome de stockholm tout ça,tout ça …

Les bugs détruisent leur ile mais ils parviennent à s’échapper grâce a une télécommande laissée par leur mère. Grace à celle-ci, ils pourront voyager de monde en monde à sa recherche et en quête d’une solution aux bugs qui les poursuivent.

L’aventure contée dans Old School Musical est parsemée de clins d’œil ou d’easter egg comme on dit. Chaque niveau, chaque musique, chaque costume, tout est là pour rendre hommage aux grands noms du rétro gaming tout en respectant les œuvres originales, le tout ponctué d’une bonne dose d’humour.

Megaman, Tortues Ninja, Tetris, Metal gear Solid, Final Fantasy, Metal Slug et tant d’autres y passent de façon plus ou moins subtile.

Et après ?

Une fois terminés les 19 niveaux de l’histoire, dont la difficulté évolue au fur et à mesure, vous pourriez vous dire que le plus dur est fait… et vous ne pourriez pas plus vous tromper. Le end game dévoile toute la fourberie et le sadisme de La moutarde ! C’est là que vous découvrez son côté piquant et qu’elle vous montera au nez à bien des moments !

En effet, une fois l’histoire terminée, le jeu vous informe qu’une partie de cette dernière fut raccourcie pour laisser l’intrigue se conclure mais que la quête de Tib et Rob fut bien plus épique que ce qui fut raconté.

Sans entrer dans les détails et vous spoiler, 50 niveaux supplémentaires vous attendent dans un mode bonus qui, non content de rallonger considérablement la durée de vie et la rejouabilité d’Old School Musical, vous fera lâcher un bon gros « WTF » des familles à bien des moments.

Jusque-là, Old School Musical se contentait de vous faire taper en rythme… Imaginez le faire alors qu’une pluie de poules s’abat sur votre écran de jeu… ou alors qu’un mec torse nu danse pour un Kebab devant votre curseur… Vous aimez jouer et boire ? Nul besoin, l’écran ondulera, se tordra, clignotera et se décuplera tout en arborant des filtres divers et variés. Autant dire que la vraie difficulté du jeu se pose là. La moutarde pense ici aux hardcore gamers et aux try-hard dans l’assistance qui sont en quête du 100% absolu à la sueur de leur front et de leur nerfs.

Le Multi

Un mode multijoueur vous permet aussi de parcourir les partitions jusqu’à quatre joueurs afin de voir qui a le rythme dans la peau. Seul reproche de ce mode serait que tous les joueurs partagent la même barre de vie et que si celle-ci arrive à zéro, tout le monde perd… oui oui, même le gars qui faisait le 100% parfait jusque-là. C’est donc plus une espèce de coopération qu’un affrontement.

Le mode arcade permet, quant à lui, de rejouer tous les morceaux d’Old School Musical en facile, moyen ou difficile sans les effets tordus du mode bonus.

Conclusion

Old School Musical tient magistralement sa promesse. Le contenu est riche, 50 morceaux d’une durée totale de XX:XX, c’est plutôt énorme venant d’un studio indé composé de si peu de personnes. Chaque environnement est travaillé avec des détails qui échappent sans doutes à certain mais qui procurent un effet gratifiant de « oooohhh t’as vu ça ? Ça vient de tel jeu / film ». Oui car mêmes certains films bénéficient d’un petit clin d’œil et l’équipe de développement s’est même payé le luxe de s’inclure sous forme de PNJ. Equipe qui s’est entourée d’excellents compositeurs tels que Dubmood, Yponeko ou encore le Plancton (associé à la moutarde ça fait un menu peu appétissant, oui je voulais la placer) pour ne citer qu’eux. L’humour est fin, parfois enfantin et ça fait du bien.

Est-ce que je vous recommande Old School Musical de chez Playdius ? Oui, pour un prix de 12,99€ on en a largement pour son argent. Il serait dommage de brider ce studio qui pourrait, pourquoi pas, nous sortir d’autres très bons jeux du genre à l’avenir.


Good

  • Rejouabilité
  • Difficulté croissante
  • Easter Eggs à foison
  • Dubmood qui présente des sons marquants
  • Le petit cadeau caché à la fin du mode bonus

Bad

  • Mode multijoueur un peu en dessous du reste
  • Visibilité de ce qu’il se passe en arrière-plan lors des niveaux scenario réduite vu qu’on focus sur les touches.
8.2

Excellent

Graphismes - 7.7
Gameplay - 9
Bande son - 9.3
Scénario - 6.7
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up