Preview | Titanfall

Preview | Titanfall

Bonjour à vous, adeptes des FPS, de sang et de victoires, et bienvenue dans cette preview ! J’ai pu avoir la chance (après moult essais et d’acharnement sur le site officiel pour obtenir une clé) de participer au futur FPS d’Electronic arts, développés par les anciens fondateurs d’Infinity Ward. N’étant pas LA personne adéquate pour vous parler de tous les détails techniques d’un jeu FPS, Je vais dès à présent vous laisser mes impressions sur ce jeu. Est-il prometteur, va-t-il détrôner le célèbre Call Of Duty de son pied destale, ou peut-être décevoir de nombreuses personnes ?

Les impressions de Gice

Dès le lancement de la partie, et après avoir bien fixé tous les réglages en ultra (s’il vous plait), j’ai pu commencer à lancer ce FPS futuriste. Ma première constatation fut au niveau visuel. Ce n’est pas très beau et je m’attendais à nettement mieux. Les textures sont vieilles de plus de 5 ans, le décor n’est pas des plus grandiose (Battlefield 4 m’avait complètement rendu ébahis face à la prouesse graphique du jeu dans tout son ensemble) et l’on comprend vite pourquoi cela.

La tache noire en plein front

Inacceptable pour un jeu de 2014...

Inacceptable pour un jeu de 2014…

En effet, les développeurs du jeu ont opté pour le Source Engine, qui, je vous le rappelle, est un moteur vieux de près de onze ans ! Je me demande encore à l’heure actuelle, pourquoi ce choix ? Il devrait pourtant être maîtrisé à la perfection et malheureusement, on voit clairement que ce n’est pas le cas. Cela étant, le visuel des personnages et des titans ne sont pas les plus laids non plus, peut-être est-ce une exagération de ma part. Néanmoins, un jeu de ce type-là devrait être une perfection, voire même une énorme claque graphique. Soyez satisfait, cette courte parenthèse ne sera pour moi que l’unique défaut qui sauterait aux yeux des joueurs.

Des airs de Gundam et de Transformers

Comme annoncé lors de l’E 2013, la raison de son originalité réside surtout sur le fait que les combattants pourront obtenir l’aide de leur précieux mécha, ces machines de guerre qui vous exploseront le troufion à coup de roquette ou de mitrailleuses destructrices. Cela représente au moins 60 % de l’intérêt de ce jeu qui dynamise plus que jamais le type FPS se faisant de plus en plus ennuyeux à mon goût (Halo reste la seule saga que je suis assidument). Il faudra attendre néanmoins un délai de quelques minutes pour commencer à bénéficier de son ami mécanique. Vous pourrez dès le début de votre partie, choisir le type de mécha qui se situe entre Tank, Assault et Artillery, et qui pourront par la suite être customisable au fil de votre progression dans le jeu. Ce système de progression n’est pas des plus innovants (Call Of Duty propose depuis longtemps ce genre), mais n’en reste pas moins très plaisant pour apprendre à maîtriser le jeu avec le temps. Les machines disposent de certaines particularités qui tout comme votre personnage seront modifiables (champs d’énergie vous protégeant, coups plus puissants aux corps à corps, vitesse de déplacement revue à la hausse…). C’est assez impressionnant de voir ces grosses machines se mettre des pains sur la gueule !

Cours petit poney

N’oubliez pas d’évacuer en cas d’échec de missions !

N’oubliez pas d’évacuer en cas d’échec de missions !

Je vous parlais plus haut que Titanfall détient un gameplay assez dynamique et explosif. Cela ne se ressent pas uniquement lors de boutades entre machines de guerre. Les combattants pourraient vous surprendre ! Ces combattants hors pair ont à dispositions un jetpack qui vous permet de planer et de prendre un peu plus de hauteur. Ce qui ajoute du punch dans un FPS, un peu comme un Halo en somme. De plus, vous avez la possibilité de vous prendre pour un véritable yamakasi en courant sur les murs, oui, sur les murs ! Comme vos méchas, vous avez la possibilité de choisir 3 classes, modifier les armes primaires, secondaires, les capacités spéciales, etc… Vos personnages débloqueront de nouvelles options pour vos armes à chaque fin de niveau. Dans Titanfall se cache également une petite nouveauté sympathique. En effet, lors de votre partie vous avez droit d’utiliser 3 cartes qui vous permettent par exemple de réapparaître là où vous étiez mort, piloter un Titan dès votre respawn, changer de capacités… Ces cartes se gagneront au fur et à mesure de vos parties de jeux. Toutefois, celles-ci sont d’un nombre limité dans votre deck. Il faudra dès lors, en supprimer quelques-unes. Ce gameplay dynamique devrait rassembler les fans de FPS, les initiés et les joueurs occasionnels.

Pas encore assez de contenu pour vous dévoiler mes réelles impressions

Comme le titre l’indique, la faible quantité de contenu qui nous est dévoilé ne peuvent me permettre de vous donner un avis définitif sur ce nouveau fps, qui, je suis sûr, fera un tabac, mais il faut noter que ce sera une exclu Microsoft. Mais au fond, sera-t-il faire également la différence sur pc ? Ses graphismes beaucoup trop vieillots et ses similitudes aux récents Call Of Duty ne lui permettront pas d’être très longtemps sous les feux des projecteurs. Nous n’avions finalement que 2 maps à dispositions, qui, bien que jolies et assez fournies en cachettes, manquent un peu d’innovation. J’aurais voulu beaucoup plus de possibilités à grimper haut, sur des plateformes suspendues par exemple.

Conclusion

Titanfall sera un FPS vendeur aux yeux des gamers sur consoles. Cependant, j’ai encore quelques doutes pour les joueurs PC, adeptes de graphismes ultras et d’esprit de compétition accru. Respawn Entertainment fait renaitre le gameplay des bons vieux FPS à la Counter Strike d’autrefois, mais se repose beaucoup trop sur ses fondateurs qui ont connu leurs périodes de gloire par le passé. À une époque où Electronic Arts a beaucoup de soucis à se faire, on se demande si avoir choisi cette firme fut le bon choix. Attendons patiemment Mars pour donner notre avis définitif, car pour le moment, le titre est bien que trop moyen à mes yeux, et risque, comme dit plus haut, de ne pas faire long feu.

Doucement Billy...

Doucement Billy…

Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up