Red Dead Redemption II – Avis Test

PS4 Xbox One

Red Dead Redemption II – Avis Test


Huit ans…huit longues années séparent Red Dead Redemption premier du nom à Red Dead Redemption II. Il n’y a pas à dire, Rockstar sait nous faire miroiter. Le jour J est enfin arrivé, nous avons pu mettre nos mains sur ce chef-d’œuvre à la sauce western et fortement inspiré du cinéma éponyme. Le moins que l’on puisse dire, c’est que RDR 2 est un superlatif à lui tout seul.  Tu as cliqué ici, j’imagine que tu es venu pour connaitre notre verdict sur le jeu. Mais enfin, ne te voile pas la face, tu sais très bien au fond de toi qu’il s’agit d’un jeu comme rarement on en a dans le monde des jeux vidéo…

Il était une fois Red Dead Redemption II 

Le Grand Ouest est synonyme de vastes étendues de terre, de voyages, de fusillades, de duels, de violences… Mais aussi, plus que jamais d’amitié, d’entraide, de trahison. Red Dead Redemption II vous emmène au cœur d’une bande organisée dans un western des plus réaliste. D’ailleurs, il ne s’agit pas de n’importe quelle bande, celle de John Marston et consorts que l’on a connu dans le premier épisode de la série (sur old-gen). L’histoire nous raconte comment cette panoplie de cow-boys charismatiques a fini par se séparer…

Le boss de la bande se prénomme Dutch. Son charisme et sa responsabilité de protéger ses « fils »(les membres de sa bande) se ressentent dès le début du jeu. Pour la plupart des compagnons de la bande, il est bien plus qu’un chef, allant jusqu’à être considéré comme une figure paternelle pour certains (dont Arthur Morgan).

Au fil de l’aventure, on va découvrir des têtes connues du premier volet et de nouvelles. Par ailleurs, il ne faut pas attendre très longtemps pour rencontrer le désormais très célèbre John Marston accompagné de sa femme Abigail et son jeune fils Jack. Un homme totalement dévoué pour sa bande contrairement à ce que l’on a connu en 2010. Cette dernière étant en fuite contre les autorités et tentant tant bien que mal de survivre dans un camp avec une communauté composée d’hommes et de femmes hors-la-loi.

Au sein de cet opus,  on ressent davantage le côté survie et l’entraide des membres du groupe. Ce sont des thèmes omniprésents. Par exemple : il vous faudra ramener des vivres, de l’argent pour la survie du camp, participer aux corvées,etc… Ici, l’individualisme n’a pas sa place, la bande est mise en avant et c’est tout ce qui compte.

Red Dead Redemption II image 1

La vue FPS est très immersive

Arthur Morgan

La nouvelle figure de proue de ce second Red Dead Redemption est tout aussi attachant que Marston l’était avant lui. On prend vite du plaisir à contrôler ce personnage haut en couleur. Dès le début, on s’attache vite à sa personnalité (le jeu d’acteur de qualité aidant à ce rapport spontané avec le personnage). Sans vouloir spoiler des éléments importants du scénario et pour vous laisser découvrir vous même cet individus, Morgan n’hésite pas à user de ses poings et ses armes pour défendre sa bande et ses valeurs.  Il va devoir faire des choix au travers de ses multiples missions. Une phase de gameplay qui n’était pas présente dans le premier RDR.

La personnalisation d’Arthur est vraiment intéressante. Comme dans la vie réelle, l’évolution du temps à une incidence sur le physique de votre personnage : Cheveux et barbe qui poussent. Pour y remédier, vous pourrez vous raser vous même ou aller chez le barbier pour qu’il prenne soin de vos cheveux et de votre barbe. Vous pouvez carrément utiliser une cire coiffante pour vous faire une petite beauté. On peut être un cow boy et gardé un côté chic ! D’ailleurs, la manière dont vous habillez votre personnage aura également des répercussions. Exemple: s’il fait froid, veuillez choisir des vêtements adaptés.

Rockstar Games a mis les bouchées doubles pour que l’on soit en symbiose avec notre personnage. De fait,  la gestion des « noyaux » sera primordiale.  Il faudra faire gaffes aux petits détails comme surveiller l’alimentation d’Arthur pour éviter le surpoids ou le sous-poids. De même que l’état de nos jauges de santé et d’énergie.  De plus, les diverses actions comme par exemple courir ou se battre peuvent faire évoluer les capacités du cher Monsieur Morgan.

C’est la même chose avec les chevaux que vous possédez. Le studio a poussé plus loin la gestion et la relation que vous entretenez avec vos chevaux. Ces animaux ont aussi droit à leur propre jauge de santé et d’énergie qu’il faudra gérer notamment en leur donnant à manger et/ou en les lavant. Il est également important de leur donner de l’affection en les caressants pour entretenir une relation stable. Mais aussi parfois les rassurer lorsqu’ils se sentent en danger ou paniqués par quelque chose.  Oui, le cheval n’est plus seulement un moyen de transport dans Red Dead Redemption 2, il devient votre plus fidèle compagnon de route. Les écuries sont d’ailleurs là pour garder et gérer vos chevaux, ou même les revendre pour se faire du fric.

Red Dead Redemption II image A Morgan

Arthur Morgan, en personne

Un monde ouvert très vivant

Le monde de RDR 2 est riche et vivant tant dans son histoire principale que dans ses missions secondaires et activités en tout genre. L’univers est cohérent, la vie des personnages et les éléments aléatoires lors de vos périples renforcent le réalisme de l’open-world. A mesure que l’on progresse, on prend énormément de plaisir à découvrir un monde rempli de vie ainsi que les nombreuses ambiances environnementales que recèle la géante map du jeu. Les dialogues finement écrits de chaque personnage rencontré accentuent davantage la cohérence de ces lieux que l’on découvre avec énormément de plaisir.

Pour information, la carte du premier Red Dead Redemption est entièrement visitable.  On y découvre des terres aux mains des banditos. Pour faire simple : le monde ouvert et les environnements divers de ce titre sont tout bonnement d’une qualité rare. On n’ose pas imaginer la quantité de travail en terme de modélisation réalisée par les développeurs pour nous fournir un tel univers.

Au-delà de la richesse environnementale et la cohérence de l’univers, il faut bien avouer une chose : on ne s’ennuie jamais ! Il y a une masse d’activités à faire, et ce, peu importe où l’on se trouve sur la carte. Que ce soit acheter des objets, des vêtements, des armes, les customiser, jouer au poker, aller au cinéma… Il y a de quoi faire ! Et je ne vous ai pas parlé de l’encyclopédie du jeu avec plus de 550 éléments à découvrir (Animaux, armes, bandes,…). Ni tout le volet concernant la chasse aux animaux et le craft d’objets… Mais on ne va pas tout vous raconter, laissons le plaisir de découverte aux lecteurs.

Red Dead Redemption II image pêche

Pêcher ou chasser, il faut choisir…

De l’action à tout-va

Comme tout bon jeu de Rockstar, les phases d’actions sont le cœur du gameplay. A ce propos, les phases de combats, de fusillades sont d’une intensité folle. Il est jouissif de sortir son arme et d’entrer dans une fusillade, à pied ou à cheval. l’I.A n’est pas la plus intelligente, mais le fun procuré par le gameplay nous le fait vite oublier. Comme dans le premier Red Dead Redemption, on a la possibilité de jouer ou non avec une aide à la visée (verrouillage de la visée). Évidemment, tout est réglable à souhait dans les paramètres du jeu (dans le menu commandes). Donc, pour les cow-boys les plus courageux, vous pouvez désactiver les aides et la jouer « As de la gâchette »… A vos risques et périls jeunes fous !

Red Dead Redemption II image Morgan

Bonne question…

Graphiquement Red Dead Redemption II est une claque

Une véritable baffe en pleine poire… Paf dans la tronche ! C’est littéralement ce que l’on se prend  quand on lance pour la première fois le jeu de Rockstar. Tout y est pour vous émerveillé devant votre écran. L’aspect visuel est hyper détaillé, comme rarement il l’a été dans un jeu vidéo. Les développeurs ont travaillé l’esthétisme dans les moindres recoins. Les paysages/ environnements, le climat et ses différentes caractéristiques, les personnages, les vêtements, les animaux,etc… Bref, il est difficile de tout citer tellement il y a du boulot.  Et en 4K HDR, le rendu est forcément incroyable. Il y a également un travail de fou furieux au niveau des animations et des actions à faire dans le jeu. Le tout rend le monde plus vivant et plus réaliste que jamais. La physique du jeu a énormément été travaillée pour nous proposer un résultat très qualitatif.

Quant aux différentes caméras, elles sont toutes plus somptueuses les unes que les autres. La vue FPS (que l’on a découvert sur GTA V) est totalement immersive, et apporte un grand plus à la licence . Qu’il est agréable de se promener à cheval ou d’être au beau milieu d’une fusillade en vue à la première personne ! De plus, les développeurs ont ajouté une caméra « cinéma ». Celle-ci nous laisse visionner et jouer à Red Dead Redemption II comme si on visionnait un film (deux bandes noires, différentes prises de vues éloignée et rapprochée). Le résultat est impressionnant.

Red Dead Redemption II image 2

Les paysages RDR 2 sont de l’art !

Red Dead Redemption II image 4

Une dinguerie

Du côté de la bande-son ?

La bande-son est sans fausse note. Là aussi, on se dit que Rockstar Games n’a pas chômé. D’abord, musicalement, comme on le savait dans la presse, il y a un nombre incommensurable de musiques tout au long de l’aventure et dans les menus. Elles rythment parfaitement vos heures de jeu. D’ailleurs, elles ont été mûrement réfléchies dans leur mise en scène. Une musique jouable lors d’une scène d’action n’est pas la même que dans une phase d’exploration par exemple. Tout n’est pas là par hasard, c’est un chef-d’œuvre artistique. Chaque chose a sa place bien définie…

Les doublages sont eux, comme on en a l’habitude avec ce géant du jeu vidéo, excellents. Le jeu des comédiens est tout simplement maitrisé de bout en bout. Quant aux environnements, le sound design nous propose un univers cohérent, l’immersion est au rendez-vous. Nos oreilles remercient Red Dead Redemption II.

Red Dead Redemption II image 3

Il faut parfois se faire respecter !

Conclusion

Red Dead Redemption II c’est bien plus qu’un monde ouvert à la beauté exceptionnelle et à la bande-son phénoménale. Après des années de travail acharné, Rockstar Games nous livre un chef d’œuvre vidéoludique de plus dans son catalogue.  Tout comme son prédécesseur, le scénario est digne des meilleures œuvres cinématographiques du genre. Arthur Morgan est aussi classe et attachant que Marston avant lui. Si vous cherchez à vivre des émotions, à découvrir un univers riche en contenu, si vous êtes en manque de voyages et de dépaysements. Bref, si vous voulez vivre une aventure avec un grand A et qu’en plus vous avez l’âme d’un bon,  d’une brute ou d’un truand, qu’attendez-vous pour y jouer ?!


Good

  • Graphiquement somptueux
  • L'histoire et la qualité d'écriture
  • Il y a de quoi faire !
  • La bande son complètement folle
  • Fusillades jouissives
  • Enorme durée de vie
  • Arthur Morgan <3

Bad

  • Déplacements un peu lourd
  • Le multi se fait attendre !
  • L'I.A pourrait mieux faire
9.5

Chef d'oeuvre

Graphismes - 9.5
Gameplay - 9.5
Bande son - 10
Scénario - 9
Les jeux vidéo, je suis tombé dedans quand j'étais petit. Je me soigne mais mon cœur de passionné s'emballe dès que je vois une manette ou un clavier/souris... Accessoirement, je scrute les pépites sur Football Manager. Sinon, je touche également à tout ce qui concerne l'High-Tech.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
9.6
9 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up