The Church in the Darkness – Avis Test

PC PS4 Xbox One

The Church in the Darkness – Avis Test


The Church in the Darkness a été développé par Richard Rouse III et Paranoid Production. Le titre est disponible sur toutes les consoles de salon et PC. Il est édité par Fellow Traveller. Pas de version physique pour le moment. Une petite découverte dans le monde des jeux indés d’action/infiltration avec une vue en hauteur, qu’on appelle 3D isométrique. Je pensais voir comment fonctionnait le système ecclésiastique de l’intérieur, pas de chance, je suis tombé dans une secte. Je vous explique ma mésaventure dans ce test de The Church in the Darkness.

The Church in the Darkness

Welcome to the 70’s

Ça sent les seventies d’entrée. Dès les premières images, vous le distinguez avec les tenues vestimentaires des personnages. Dans The Church in the Darkness, votre aventure démarre rapidement. Vous comprenez très vite ce qui se trame, vous êtes tombé dans une secte. Notez tout d’abord que le jeu est entièrement en anglais… Du coup, si vous n’avez pas trop de notions de la langue Shakespeare, ça risque d’être compliqué.

Vous partez à la recherche de votre neveu, Andrew qui s’est fait enrôler dans une secte avec comme gourou un certain Isaac Walker et sa femme Rebecca. Tous deux sont les maîtres auto proclamés de Freedom Town, petit village indépendant qui, lorsqu’on l’intègre, il est difficile de le quitter. Certains éléments de ce The Church in the Darkness, sont générés de manière procédurale, ce qui fera de chacune de vos parties une nouvelle expérience.

The Church in the Darkness

Infiltre, cherche, meurt, repeat…

Comme vous avez pu le remarquer dans les images et encore dans les vidéos de gameplay, le jeu est en vue 3D isométrique. D’ailleurs, c’est ce qui m’a plu quand on m’a proposé de faire le test du titre. C’est rare pour les jeux de consoles, mis à part les RTS. Vous pourrez zoomer pour plus de détails lorsque vous tenterez d’infiltrer le village. Comme aide, vous aurez aussi la possibilité de voir dans quelle direction vos ennemis regardent avec une zone triangulaire rouge bien délimitée.

Comme vous n’êtes pas un adepte de la secte, dès que vous serez repéré, vous vous ferez tirer dessus. Soit vous êtes le premier à dégainer, soit vous êtes mort. Enfin presque.

En effet, votre partie se découpera en plusieurs chapitres. Si vous vous faites tirer dessus, vous sauterez un chapitre. Vous vous retrouverez en « prison » et vous aurez alors une seconde chance pour continuer la progression et trouver votre neveu. Si vous vous faites à nouveau tirer dessus, c’est la dernière vie. Fin de game, et on retry.

Comme un dans un die & retry, le fait de recommencer vous permettra de retenter votre mission. Vous aurez par ce fait en début de partie une nouvelle arme ou un accessoire neuf à votre disposition.

The Church in the Darkness

Gameplay

La prise en main de The Church in the Darkness est vraiment simple. Le jeu se savoure comme une série. Attention à vos phases d’infiltrations, soyez vigilants. Vous aurez la possibilité de vous dissimuler dans des coffres. Vous pourrez aussi trouver des vêtements pour tenter de vous fondre dans la masse… Mais soyez prudent, car, les membres de la secte ne sont pas dupes.

The Church in the Darkness

Graphismes et bande-son

Le jeu est mignon et son côté 3D isométrique est vraiment fun. Les détails sont bien faits et lorsqu’un perroquet passe au-dessus de la forêt, je suis à chaque fois étonné. La bande-son quant à elle est simple et avec des notes de musique 70’s.

The Church in the Darkness est une réelle découverte que je ne regrette pas d’avoir faite. Le titre est fun, c’est répétitif, on le sait, mais on aime ça. Dans ce type de jeu en tout cas. Notre test a été réalisé sur Xbox one. Graphiquement joli et avec un voice acting plus que correct, vous en aurez pour votre argent. Par contre n’oubliez pas que The Church in the Darkness est en full English, so now you know. Si déjà vous n’avez pas compris ça, laissez tomber. Sinon bon jeu à vous !

Good

  • La vue en 3D isometrique
  • La rejouabilité
  • Prise en main rapide

Bad

  • Un système de craft aurait été cool
6.6

Sympa Sans Plus

Graphismes - 6.5
Gameplay - 6.5
Bande son - 7
Scénario - 6.5
«Il y a des silences qui en disent long comme il y a des paroles qui ne signifient rien.» Edith Piaf
Average User Rating 0 User Reviews
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up