The Inpatient — Avis Test sur le prequel d’Until Dawn !

PlayStation VR PS4

The Inpatient — Avis Test sur le prequel d’Until Dawn !


Alors que Supermassive Games nous avait éblouis avec Unti Dawn, que penser de The Inpatient, son prequel qui nous plonge 60 ans en arrière ? Si j’avais été charmé lors de l’E3 dernier, est-ce toujours le cas ? Je vous explique tout cela en détail dans l’avis de ce jeu PS VR !

Calmez-vous et respirez !

Comme expliqué précédemment dans ma preview. The Inpatient nous plonge 60 ans avant les évènements d’Until Dawn, et plus particulièrement dans l’hôpital psychiatrique. C’est attaché sur une chaise que l’on commence notre aventure terrifiante.

Dès lors, un premier choix s’oppose à nous. Tout comme son prédécesseur, celui-ci aura une importance pour le déroulement de l’histoire. L’effet papillon que l’on redoutait tant est de retour pour nous punir !

La seule différence est qu’ici, chaque choix se verra répertorié via le menu principal. Ainsi, on peut reconnaître les moments clés et recommencer l’aventure plus tard en prenant une toute autre direction, une fois la partie terminée et aboutie une première fois.

Par ailleurs, divers flash-back montreront ce qu’il se passait lors de la détention des patients.

La grande force de The Inpatient réside dans sa richesse de rejouabilité. Vous pourrez ainsi tester de multiples possibilités et ainsi voir différentes fins. Toutefois, on est loin de la durée de vie d’Until Dawn.

Malheureusement, comme la plupart des jeux PSVR, The Inpatient ne déroge pas la règle et possède en moyenne 2 heures de durée de vie…

Pour couronner le tout, si vous pensiez ne pas devoir vous retaper toutes les mêmes cinématiques en faisant un new game +, vous voilà dans le pétrin.

En piste Papy !

Et Bon Dieu, que c’est lent comparé à Until Dawn : Quoi qu’il en soit, la prise en main du jeu reste identique à mes impressions de l’E3 : plaisante. On remarquera la petite nouveauté qui n’est nulle autre que la possibilité d’énoncer des choix via la commande vocale ! Qui ne se rappelle pas de la dernière phase dans Until Dawn ou l’un des choix se situe en haut, mais que si l’on dirige le stick analogique vers le haut, celui-ci ne prend pas la direction voulue… RIP Jessica !

Et puisque l’on parle d’un jeu PSVR, rien ne vaut l’immersion totale, en parlant directement au jeu.

Cependant, si Supermassive Games est arrivé à nous plonger dans leur jeu pour son ambiance sonore et le fait que l’on puisse effectuer nos choix par détection vocale, au niveau des déplacements, on est loin de la promesse… Les mouvements restent très très lents et les changements de plan entre le fait d’être assis ou debout gâchent un peu toute l’expérience

Au niveau de la mise en scène, c’est plutôt réussi. Tout comme son prédécesseur, le jeu fourmille d’objets cachés à découvrir pour ainsi débloquer un tas de trophées. Mais aussi permettre d’interagir avec eux pour le déroulement de l’histoire en tant que telle.

C’est un bon point pour un jeu comme celui-ci, surtout que The Inpatient joue énormément sur l’ambiance sinistre et morose. Visuellement, on est satisfait des jeux d’ombres et de l’utilisation des lumières tamisées. Dommage que le gameplay vienne freiner tout cet enthousiasme !

Détective privé ?

The Inpatient propose quelque chose de vraiment sympa ! L’ambiance, l’immersion et l’utilisation des flash-back sont de bons éléments à retenir. Toutefois, si l’on incarne le héros d’une histoire bien ficelée, on perd vite patience quant à la lenteur du jeu, des déplacements du personnage, et surtout tout comme Until Dawn, le jeu est très (trop) punitif. Les new game + vous obligeant ainsi à revoir les cinématiques que vous auriez déjà vues au préalable… C’est dommage, car les idées ne manquent pas ! Encore un jeu PSVR qui ne restera qu’une expérience parmi tant d’autres, sans pour autant être un jeu complet.


Good

  • Détection vocale
  • Le nombre de cheminements possibles
  • L'ambiance

Bad

  • C'est lent
  • La rejouabilité, c'est pour les singes
  • Beaucoup trop court
6.6

Sympa Sans Plus

Graphismes - 7
Gameplay - 4.1
Bande son - 8.3
Scénario - 7.1
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up