Last Guardian – Avis

PS4

Last Guardian – Avis


Depuis l’E3 2009, on n’attendait plus The Last Guardian, et pourtant lors de notre premier E3, nous avions pu avoir l’immense honneur de découvrir depuis la conférence de Sony PlayStation à Los Angeles l’annonce du prochain jeu phare de Fumito Ueda sur PlayStation 4 ! Vous le savez certainement quasi tous, mais Monsieur Ueda a réalisé deux magnifiques chefs-d’œuvre vidéoludiques du nom d’ICO et Shadow Of The Colossus, sortis sur PlayStation 2. Entre direction artistique authentique et poésie à tout bout de champ, impossible de ne pas tomber sous le charme. Pour autant, The Last Guardian a-t-il le même effet que ses frères ? Aura-t-il fallu attendre près de 7 années pour quelque chose ? Découvrez mon avis sur le test de The Last Guardian !

The Last Guardian Avis francais

Si t’es pas sage, il te mange tout crû le Trico !

Un peu de poésie dans ce monde de brutes !

L’aventure débute dans une caverne. Nous sommes un petit garçon qui s’est mystérieusement réveillé auprès de Trico, une créature spéciale qui selon les membres de sa tribu, mangerait les humains.

Blessée et désemparée, la bête semble attachée et souffre. Votre début de partie consistera à soigner celle-ci et gagner sa confiance en lui donnant de quoi se nourrir. Non, vous ne devrez pas lui offrir les parents de notre héros, mais des caisses en bois qui renferment des… Papillons !

Après s’être familiarisé avec le Gameplay, on découvre que notre petit bambin détient des pouvoirs très étranges. En plus de détenir de nombreux tatouages dont il n’en a pas connaissance, celui-ci a le don de commander Trico, grâce à un bouclier magique qui lui permet de détruire des obstacles !

En effet, la queue de Trico réagit au reflet du bouclier-miroir et fait jaillir des éclairs surpuissants. Bref, je ne vais pas tout vous spoiler non plus, mais The Last Guardian nous plonge en pleine immersion dans un monde aussi mystérieux que dangereux, le tout avec une sensation de puissance lorsque l’on monte sur le dos de la chimère que de tendresse quand l’on observe attentivement avec quelle aisance Trico est indispensable au personnage de The Last Guardian, et vice-versa !

Vous verrez bien malgré que cette grosse bestiole peut se montrer parfois bornée, celle-ci pourra se montrer subtile, surtout lorsque vous vous sentiez bloqué en pleine progression de partie.

Last Guardian Test PS4

Comme des frères ! Jamais l’un sans l’autre.

On réfléchit, c’est intuitif

The Last Guardian est un pur jeu d’aventure et de plateforme ! Il faudra faire preuve d’inventivité pour découvrir, parfois avec stupéfaction que traverser un mur infranchissable n’est pas si difficile si l’on fait appel à Trico dans les bons moments.

Ici, pas de discussion réelle entre nos deux compagnons, et pourtant, on ressent énormément de compréhension de la part de chacun d’eux.

Vous allez voir que vous aurez besoin de Trico pour accéder à des plateformes inaccessibles normalement, que celui-ci vous défendra en cas de danger, car oui, il y a bien des ennemis dans The Last Guardian, mais encore une fois, on ne gâche pas la magie du jeu, on n’en dira pas plus ;).

Last Guardian Ennemy

On se croirait presque dans les mystérieuses cités d’or !

Beau à en pleurer, mais…

La direction artistique de The Last Guardian est juste fabuleuse ! Coloré, avec le style bien connu de Monsieur Ueda, remplis de traits de dessins particuliers, de textures artistiques, on ne peut pas fermer les yeux sur tant de beauté.

Alors oui, concrètement, il aurait très bien pu sortir également sur PS3, car au vu de sa qualité globale, ce n’est pas comme un Uncharted 4 ou un Final Fantasy XV. Les développeurs de Japan Studio ont profité de cette direction pour camoufler les défauts du jeu, et c’est tout à leur honneur ! Mais sincèrement, faut vraiment chercher la petite bête pour trouver de réel défaut au jeu !

Celui-ci n’a comporté aucun bug durant toute mon aventure, Trico n’a jamais traversé un mur et la physique du jeu est très bien mise en place. On ressent la qualité derrière le jeu vidéo, et pas un titre sortie à la va-vite pour vous faire cracher votre argent !

Trico et le petit garçon vous apportent un réel sentiment de partage. D’un côté le petit garçon fébrile, mais courageux, et de l’autre l’immense créature hésitante, mais protectrice.

Voir cela est déjà la preuve que les développeurs ont compris comment me faire mousser et parfois même verser quelques larmes. Sous ses allures de Plateformer, Puzzle Game, The Last Guardian est très certainement la troisième œuvre d’art de Fumito Ueada, prenez-en bonne note !

Vous verrez qu’au plus vous avancerez, plus vous ressentirez une réelle symbiose entre les deux protagonistes du jeu, et ça c’est beau bordel !

Côté musical et effet sonore, c’est une réussite ! Les musiques de The Last Guardian sont envoûtantes, mystérieuses, pleines d’action dans le thème abordé, bref, On a l’impression de vivre un film d’aventure dans une civilisation perdue, le tout orchestré par des musiciens de grands talents !

Les symphonies de flûtes ne vous laisseront pas indifférents ! Tout l’aspect de l’ambiance sonore du jeu fera que oui, le jeu est jouissif.

La manière dont le héros appelle Trico est mignonne, le langage de ce petit bonhomme ferait même penser à une vieille langue ancestrale. Limite de l’Aztèque pour vous dire ! (impression personnelle)

Trico The Last Guardian

Petit, prend ma queue !

A-t-il réellement des défauts ?

Outre une caméra hasardeuse par rares moments, il est difficile de dire quelque chose de négatif autour du jeu. L’ambiance et la direction artistique de The Last Guardian ont été étudiées durant près de 7 années, et ce n’est finalement pas pour rien.

On vit une histoire forte, remplie d’émotions et de sentiments de tendresse et de puissance ! Il aurait pu être encore plus beau compte tenu du fait que nous sommes à présent sur une génération où le HDR et la 4K pointent le bout de leur nez, mais franchement.

Dire que ce jeu est moyen, c’est tout simplement nier tout ce qui fait la magie du jeu vidéo. The Last Guardian nous démontre encore une fois que nous l’avons là le dixième art ! Avant de conclure, vous devrez compter près de 15 heures de jeu pour espérer terminer le scénario de Last Guardian.

Last Guardian Avis et Test

Surtout, ne pas regarder en bas !

Conclusion

Japan Studio a réussi à camoufler le réalisme visuel du jeu pour proposer à la place une véritable œuvre d’art. Connaissant déjà les précédents opus de Fumito Ueda, qui pouvait encore douter de son talent ?

Le lien fort entre Trico et le petit garçon est une invitation joyeuse à partager leur magnifique épopée. Comme observateur et joueur passif, vous subirez ce récit poétique tout en contemplant le caractère fascinant de Trico. Une invitation au développement de soi et à la maturité, The Last Guardian est une belle surprise de fin d’année.

Le gameplay est ni trop simple ni trop compliqué, dosé comme il faut, rempli de mystères à découvrir. Si vous étiez sceptiques, n’attendez plus. Grimpez sur le dos de Trico et en avant !


Découvrez le vidéo-test complet de notre confrère N-Gamz.com


 Acheter le jeu sur PlayerOne.Be

Good

  • Bouleversant
  • La direction artistique
  • Le gameplay
  • L'ambiance
  • Le scénario

Bad

  • Quelques petits soucis de caméra
  • Pourrait être encore plus beau
  • Pourquoi ne pas l'avoir proposé pour les joueurs PS3 également ?
9.1

Chef d'oeuvre

Graphismes - 8.8
Gameplay - 8.9
Bande son - 9.5
Scénario - 9.2
Je ne sais pas quoi mettre en biographie, alors je mets un truxt. Un truxt est plus communément appelé "manque d'inspiration flagrant", il se manifeste souvent accompagné d'une flemme plus ou moins puissante selon l'individu. Si le truxt n'est pas soigné rapidement la flemme peut rester à vie.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up