Test

3DS

Satoru Iwata nous dévoilait par un Nintendo Direct une suite d’un des titres les plus emblématiques de la série de Zelda. A Link To The Past sorti sur Super Nintendo il y a 21 ans.

Deux décennies nous séparent

Le 17 avril 2013 est une date où de nombreuses réactions étaient présentes sur la toile avec d’une part les impatients et de l’autre les sceptiques quant à une suite des aventures de Zelda: A Link To The Past. 22 Novembre 2013 fut à la fois la date de sortie de la Xbox One en Europe dans un nombre de pays limité et The Legend Of Zelda: A Link Between Worlds. Coïncidence ?

 

Deux princesses, une même quête

Zelda ou Hilda ? Quoi qu'il en soit il faut les aider !
Zelda ou Hilda ? Quoi qu’il en soit il faut les aider !

Comme à notre habitude, nous retrouvons Link en plein rêve. Après s’être pris un sermon de son mentor, Link doit rendre visite au capitaine royal pour lui remettre son épée fraîchement commandée chez le forgeron. Mais voilà qu’un méchant badass à l’horizon du nom de Yuga se pointe et le transforme en vulgaire graffiti. Yuga est un collectionneur névrosé de toiles qui cherchera à capturer les 7 descendants des Sages afin d’y réveiller Ganondorf qui avait été emprisonné précédemment et posséder la triforce de la force en l’absorbant dans son corps. Si la première partie du jeu en Hyrule se révèle parfois barbante et déjà vu, la deuxième en Lorule est tout à fait différente. En effet, Link devra en plus de s’accoutumer à un monde lugubre et malsain, aider Hilda (Princesse de Lorule) à délivrer les 7 Sages emprisonnés dans les toiles du vil Yuga. Et ce ne sera pas de la tarte ! Si vous en avez assez de secourir les 7 sages et de jouer au chat et à la souris avec Yuganondorf, vous avez la possibilité de vous détendre avec de nombreux mini-jeux mis à votre disposition et qui devrait vous rapporter quelques émeraudes supplémentaires. Parmi ces mini-jeux se trouve l’affrontement multijoueur streetpass. Lorsque vous croisez quelqu’un en possession du jeu, son avatar est transféré dans votre console et vice versa. Le résultat est un affrontement avec le Link du joueur en plein milieu de la map. Si par malheur vous deviez perdre votre combat, votre jauge sera rétablie, comme si de rien n’était. Un mode fun mais qui n’égale pas ceux de Four Swords.

 

The Legend Of Zelda: A Link With The 3D

Attention à la chute...

Attention à la chute…

Nous avions laissé A Link To The Past dans un univers très 2D comme on aimait à l’époque de l’âge d’or du jeu vidéo. En ce qui concerne cette suite, c’en est tout autrement ! Ce titre nous apporte une toute nouvelle dimension au monde d’Hyrule. Tout d’abord, même si l’ensemble des maps du jeu est pratiquement identique à ALTP, force est de constater que le remake est considérable en matière de graphisme. Les villes d’Hyrule sont colorées et donnent envie ! La perspective est tout bonnement agréable et bien exploitée pour les donjons et donne même des impressions de hauteur. Les personnages sont très beaux et les émotions sur le visage de Link très prononcées pour un épisode sur console portable.

 

Flèches, marteaux, bouclier !

Un paysage si...charmant

Un paysage si…charmant

Fini les recherches incessantes pour lancer du boomerang ou exploser des grottes à coup de bombe. Vous avez à disposition dès le début du jeu la possibilité de louer votre équipement auprès de Lavio qui sera votre cohabitant forcé lors de cette aventure. Cependant, cette facilité peut parfois entacher ce qu’est un vrai Zelda car il est vrai qu’à chaque donjon nous avions auparavant à disposition un nouvel objet utile à notre avancée.à chaque fois que vous mourrez, dans The Legend Of Zelda: A Link Between Worlds, les objets seront automatiquement remis à Lavio que vous devrez à nouveau payer si vous voulez les réutiliser. L’une des nouveautés de cet opus réside vis-à-vis des munitions. Celles-ci sont illimitées, mais demandent à notre héros de dépenser des points d’endurance qui sont représentés par une jauge mauve (les bottes de Pégase ne font pas partie des objets en location).

 

The Legend Of Zelda: A Link Between Worlds, Un gameplay royal !

Quand Link se donne des allures de roi

Quand Link se donne des allures de roi

Le jeu ajoute un nouveau challenge notamment avec le nouveau pouvoir de Link. Se transformer en fresque murale ! En effet, ce pouvoir permettra à Link de traverser des fenêtres afin d’arriver de l’autre côté d’une plateforme, entrer dans une fissure pour accéder au monde de Lorule et même contourner des falaises. De plus, de nouvelles façons de finir les donjons sont présentes (catapultage, traverser des obstacles par le pouvoir de la peinture et passer d’un monde à l’autre). Le seul petit bémol est le passage obligatoire à la pause du jeu lors de l’organisation des touches pour les objets à utiliser.


Too easy ?

Le gros reproche à cette suite très bien réalisée réside quant à sa difficulté revue à la baisse. Nous avons tout d’abord la possibilité de louer notre équipement comme évoqué plus haut sur cet article. Malheureusement, même si ceux-ci ont un prix à la location, la capacité à se remplir la bourse pleine d’émeraudes est trop facile (de nombreuses émeraudes dans des coffres facilement accessibles, la probabilité d’en obtenir en tuant des monstres a curieusement augmenté et des rubis qui se cachent souvent dans l’herbe). Nous avons également la possibilité via la sorcière Irene de nous déplacer sur n’importe quelle zone de la carte où se trouve une girouette que vous aurez au préalablement activé. Ce qui gâche un peu l’aspect découverte et exploration. Ne sommes-nous pas un peu trop gâtés tel un enfant obèse qui aurait trop mangé de sucreries ?

Beaucoup trop discret pour crier au chef-d’oeuvre

Finalement, même si ce nouveau The Legend Of Zelda: A Link Between Worlds a tenu ses promesses, celui-ci ne rentrera pas dans les annales et se repose trop sur les bases d’un Link To The Past vieux d’une vingtaine d’années. On pourra crier au fan-service ou à la publicité trop accentuée sur le jeu mais pas à d’énormes changements sur cette saga. Finalement, à l’instar de Super Mario 3D World, l’équipe de développement n’a pas pris trop de risques ce qui parfois peut se révéler bien dommage…

Good

  • 3D bien exploitée pour un jeu à priori 2D
  • Un nouveau challenge avec l’apparition du pouvoir de peinture
  • Un nouveau monde à explorer
  • Parfois des rebondissements sympathiques

Bad

  • Trop facile
  • Pas d’énormes bouleversements
  • La partie Hyrule trop copié/collée par rapport à ALTP
5.8

Pas Terrible

Graphismes - 7.3
Gameplay - 6.2
Bande son - 6
Scénario - 3.7
Je pense qu'il existe un sens artistique inhérent entre les cookies et le jeu vidéo, permettant de démontrer que les pingouins roux d'Afrique ne se révèlent pas seulement de nature belliqueuse aux licornes, et que ... Non en fait je m'en fout, j'achète tous les Call of, je rage sur LoL et je me moque des moutons qui achètent Apple. - envoyé de mon Iphone 6 -
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7.3
2 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up