Titanfall – Test

PC PS3 PS4 Xbox 360 Xbox One

Présenté comme le FPS Next-Gen au salon de l’E3 2013, ce jeu doit accessoirement lancer les ventes de la Xbox One. L’objectif de trouver une place parmi Call of Duty : Ghost et Battefield 4, est-il accompli ? Jeu innovant ou déjà vu ? Le verdict se trouve dans ce test. Suspens…

 

 

Mode « Campagne » multijoueurs…

Les points d’attrition augmentent en fonction du nombre de soldats tués.

Les points d’attrition augmentent en fonction du nombre de soldats tués.

Avant l’analyse du jeu proprement dite, il faut s’attarder à l’installation. Comme pour tous les jeux Xbox One, il faut s’armer de patience, une demi-heure est requise pour celui-ci. Concernant le lancement du jeu, le titre nous propose deux modes : campagne et multijoueurs. Un troisième mode intitulé « partie privée (Béta) » peut être ajouté avec la mise en place du dernier patch. Le scénario, pour le first mode, plonge le gamer dans le rôle d’un pilote de la milice qui voyage dans la galaxie pour trouver un moyen d’exterminer l’IMC, un consortium d’entreprises voulant profiter de toutes les ressources d’autres planètes et des routes commerciales pour la construction des titans et des robots de combat (spectre). Ce mode est dépourvu de missions longues. Dès que l’étape de pilote de la milice est franchie, un autre type de titan est débloqué permettant de se mettre dans la peau d’un pilote de l’IMC qui activera également un autre titan en fin de campagne. Petit bémol, cette phase du jeu n’est pas vraiment un mode campagne (sous-entendu solo), mais multijoueurs. Seul, il est impossible d’être aux commandes d’un robot. Dès lors, ce mode est inutile sauf pour le déblocage des châssis de titans, Stryder et Ogre, dans la seconde phase du jeu. Le côté multi compétitif de Titanfall se décline en cinq possibilités (mode attrition, dernier titan, point clé, capture des drapeaux et chasseur de pilotes) sur 15 maps largement différentes. En attendant les add-ons, ce type de choix est un excellent début. Après avoir testé toutes ces possibilités, la seule différence se trouve au niveau des gains de points. Il n’y a pas d’innovations par rapport à d’autres Fps bien connu. La force du jeu se trouve au niveau de son gameplay. Rapidité et dynamisme sont au rendez-vous. Ce type d’action plaira aux joueurs appréciant la tactique du rush, mais fera certainement fuir ceux qui aiment prendre leur temps, installé bien sagement dans un petit coin sombre et lugubre. Après avoir sélectionné le premier mode « Attrition », le serveur connecte le gamer avec d’autres. Comme pour toutes grandes licences, il n’est pas faisable de choisir son serveur. C’est toujours utile de le préciser. Dans cette partie avant lancement, d’une durée de 90 secondes, il est possible de customiser pilotes et titans. Le pilote se trouve aussitôt à bord d’un jet du futur qui le balance, accompagné de ses bots, sur le champ de bataille. Les bots n’aident en rien les joueurs, ils sont à voir comme de « la chair à canon » disponible gratuitement. La partie commence où il faut se ruer sur les joueurs de la partie adverse en n’oubliant pas de tuer le plus de soldats et de pilotes ennemis dans l’ultime but de s’accaparer d’un titan en premier. Ce dernier assurera peut-être une victoire… Les points d’attrition augmentent en fonction du nombre de soldats et de pilotes vaincus. La partie est gagnée si et seulement si le joueur arrive à 300 points. À ce niveau, il doit pourchasser les pilotes restants pour éviter qu’ils s’échappent de la planète à l’aide d’un vaisseau.

 

Artilleries trop peu futuristes

Choose your titan !

Choose your titan !

Vu le gameplay étonnant et futuriste, le joueur s’attend, avec grande impatience, à pouvoir choisir des armes aussi diversifiées que surprenantes, mais quelle déception ! Le nombre d’accessoires par arme est plus que minimaliste, voire sobre.Le titan possède un nombre élevé d’armes, mais comme pour le pilote, les options de customisation des armes sont minimes, ce qui apporte une petite dose de frustration. Par contre, l’effort de créativité se ressent entre les différentes classes de titans. Possibilité de choisir un spécimen bien gros et résistant (l’Ogre) ou plus rapide, mais avec une armure moins solide (le Stryder) ou bien encore l’Atlas qui combine les caractéristiques des deux autres. Il existe trois classes de personnages, autrement dit les pilotes : assaut, tactique et spécialisé en combat rapproché. Ils ont la faculté de pouvoir double-sauter, marcher sur les murs et de surmonter le moindre obstacle au lieu de les éviter ce qui rend le jeu très dynamique. La manière de jouer est totalement différente par rapport à d’autres Fps. Il faut pouvoir se familiariser à une dimension de verticalité, omniprésente, et à un rythme très soutenu, voire haletant.

 

Dans Titanfall, « le futur ne sera pas rose pour tout le monde… »

L’ouïe n’est en rien secouée par la bande sonore qui privilégie le classique, mais sans faute de gout. Les bruitages sont relativement bien réalisés. Mais, les musiques sont particulièrement répétitives. Le style et l’intensité devraient varier en fonction de l’environnement de jeu. De plus, un petit mot personnalisé à chaque Map aurait été le bienvenu. Malgré son âge, le moteur graphique s’en sort relativement bien, mais montre parfois des limites avec d’énormes ralentissements pendant le jeu ! L’intégration dans ce jeu d’un moteur frostbite, celui de BF4, aurait permis de détruire tout l’environnement et d’empêcher certains pilotes de se cacher indéfiniment dans une habitation. Là, ça aurait été le pied assuré.

 

Titanfall a-t-il le pouvoir de détrôner BF4 et Call of duty ?

Pour conclure, Titanfall ne peut être vu comme une avancée ni comme un échec. De ce fait, il peut être considéré comme un bon Fps grâce à son gameplay très attractif et stable. L’ennui n’est pas au rendez-vous, mais certaines lacunes (insuffisance du moteur graphique – mode campagne peu concluant – musiques répétitives…) font perdre à Titanfall une certaine notoriété. Espérons que les patchs gommeront certaines d’entres -elles. Par son rythme entrainé, il peut sans nul doute être considéré comme une bonne alternative à Call of Duty et BF4. Comme c’est le premier opus d’une supposée série, soyons indulgents et laissons la chance aux développeurs de nous montrer ce qu’ils ont dans le ventre pour la suite des aventures de ce titre. Patience, donc…

Vous pouvez retrouver le reportage de Rafale sur ce lien à la maison mère de Microsoft Benelux, ainsi que la preview de Gice ici

Good

  • Le Gameplay très nerveux
  • La possibilité de jouer avec des méchas et des pilotes
  • Pas fait pour les campeurs

Bad

  • Moteur graphique non-maitrisé
  • Le mode campagne obsolète
  • Une bande sonore trop répétitive
7.3

Très sympa

Graphismes - 6.8
Gameplay - 8.7
Bande son - 5.8
Scénario - 7.7
Je pense qu'il existe un sens artistique inhérent entre les cookies et le jeu vidéo, permettant de démontrer que les pingouins roux d'Afrique ne se révèlent pas seulement de nature belliqueuse aux licornes, et que ... Non en fait je m'en fout, j'achète tous les Call of, je rage sur LoL et je me moque des moutons qui achètent Apple. - envoyé de mon Iphone 6 -
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
7.5
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up