Le premier élément majeur du DLC Dying Light 2 pourrait avoir pour thème les gladiateurs. En tout cas, c’est ce que présagent plusieurs éléments découverts dans les fichiers du jeu.

Suite à une récente mise à jour du patch en juin, des mineurs de données ont réussi à déterrer des fichiers contenant de nombreux éléments visuels et sonores. Bien que l’on ne sache pas exactement à quoi servent ces ressources, il est fort probable que les modèles et les dialogues soient destinés à un pack DLC à venir.

Auparavant, Techland a annoncé que le premier pack DLC Dying Light 2 serait disponible en septembre. L’équipe a également confirmé qu’elle continuera à soutenir Dying Light 2 pendant les 5 prochaines années avec du nouveau contenu.

Comme le montre une vidéo de YouTuber Bub, un grand nombre d’actifs ont été découverts dans les fichiers de Dying Light 2. Ils semblent être pour le prochain pack DLC du jeu.

Les fichiers extraits montrent les dialogues du DLC. Avant qu’une scène inachevée ne commence et fasse atterrir Aiden devant un grand opéra. La vidéo présente ensuite une version plus détaillée de l’opéra, où se déroulera le DLC.

Selon le mineur de données, l’Opéra Astrid est la plus grande arène de combat de la ville. Mais les combattants doivent d’abord gravir les échelons dans de plus petites « arènes urbaines » pour devenir les ultimes gladiateurs de l’Opéra. L’histoire du nouveau DLC de Dying Light 2 comprendrait également deux fins différentes. Les fans peuvent voir à quoi ressemble l’arène de l’intérieur. Mais également quelques détails sur tous les nouveaux personnages et dialogues dans la vidéo YouTube de Bub.

Étiqueté dans :

, ,

À propos de l'auteur

Nokrai

Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent : « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? » Eh bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain, qui sait, peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi…

Voir tous les articles